Accueil

 

 

 

 

28 mars

29 mars

31 mars

2 avril

3 avril

4 avril

5 avril

6 avril

7 avril

9 avril

10 avril

11 avril

12 avril

13 avril

14 avril

15 avril

17 avril

18 avril

19 avril

20 avril

21 avril

22 avril

23 avril

24 avril

26 avril

27 avril

28 avril

29 avril

1er mai

2 mai

3 mai

4 mai

5 mai

7 mai

8 mai

9 mai

10 mai

11 mai

12 mai

13 mai

15 mai

22 mai

23 mai

27 mai

31 mai

1er juin

2 juin

3 juin

6 juin

7 juin

9 juin

10 juin

11 juin

13 juin

15 juin

17 juin

20 juin

21 juin

24 juin

29 juin

3 juillet

8 juillet

11 juillet

12 juillet

14 juillet

15 juillet

17 juillet

18 juillet

19 juillet

20 juillet

22 juillet

24 juillet

27 juillet

31 juillet

1er août

2 août

3 août

5 août

6 août

7 août

8 août

15 août

16 août

17 août

18 août

19 août

20 août

21 août

22 août

23 août

24 août

 

Insert

 

           

- Oise-Somme-Chemin des Dames - 

 

Notes de guerre

Le 28 mars 1917

          Marquéglise - Oise.

          Jour anniversaire."Geburstag". Où se sont attardés les yeux qui me cherchent à travers le monde ?

          J'en imagine quelques-uns, tous voilés de tristesse, d'inquiétude. Aucun qui soit un cri de confiant appel.

          Les temps sont durs, les temps sont troubles. Les jours obscurs, l'avenir indistinct.

          D'ailleurs je suis bien peu de chose dans ce monde. Il y a des choses énormes prêtes à surgir. La guerre des États-Unis à l'Allemagne. La ruée allemande sur l'un de ses adversaires anxieux. Nous ne savons encore lequel : la France ? L'Angleterre ? La Russie, l'Italie ? Les craintes sont égales partout. Ils font leurs preuves. La révolution russe commencée en "14 juillet" semble vouloir continuer en "Commune".

          La retraite allemande en France est suspendue…

          La Turquie semble aux abois.

          Tout le monde est crispé.

          Je suis, moi, toujours un favorisé, un chanceux à l'abri des catastrophes immédiates. Il y a un an que j'ai fait le sacrifice en pensée de ma vie, et on ne me l'a pas demandé encore. Que réserve l'avenir ? J'attends.

          Le 29 mars - Marquéglise.

          Des vœux de joyeux anniversaire sont venus. Des vœux anxieux.

          Une carte de bon goût naïf : des fleurs qui m'ont apporté le parfum de la Croix Morel.

          Tout un poème, tout un rêve caché et muet dont les dernières ondes viennent se terminer en ce souhait d'anniversaire.

          La matinée a été orageuse aujourd'hui. C'est les officiers qui ont pris la piquette.

          M. Cuny, du 48ème, et d'autres se permettent de s'en aller sans permission à Compiègne. Girard dramatise les choses. Conflit. Ces heurts continuels entre le rempilé devenu officier d'active à titre définitif et les civils, devenus officiers de complément à titre temporaire doivent être un véritable cilice.

          Cuny me disait ce soir :

          "Je donnerais la Picardie, la Flandre, la Belgique, l'Alsace, le Monténégro et tout ce qu'on voudra pour en finir avec ce métier-là. J'en ai marre jusqu'à la gauche de ces brimades de rempilé…"

          Ça c'est l'union sacrée entre les officiers.

          Cuny me dit avoir osé répliquer au Commandant : "vous vous laissez mener par le bout du nez".

          Cuny reconnaît que le Commandant est un homme fort intelligent. Il cite pour preuve ce fait qu'"Il" est très religieux et très tolérant. Autre preuve, preuve de tolérance :

          Lui, un croyant, prendre pour auxiliaires immédiats deux instituteurs.

          Ici, c'est le primaire qui se révèle en Cuny. Il conclut d'avance que croyant = bigot et instituteur = athée. Que ceci devrait heurter cela, et que si le choc n'a pas lieu c'est que le croyant est un homme intelligent.

          Aucun d'eux ne soupçonne la richesse morale de cet homme, qui est un homme - vir.

          Le 31 mars - Marquéglise.

          Avant-hier Ravenet et Faure sont allés à Gournay. Faure est rentré ivre : on dut le déshabiller. Le vin seul n'avait pas suffi. Ils ont raconté, à table, leur orgie avec les connaissances qu'ils étaient allés revoir. O dignité des pères de famille.

          Faure revient des pays délivrés, il est allé ravitailler en première ligne devant Saint-Quentin. Il rapporte son impression, son opinion sur la population civile : "quatre-vingts pour cent des femmes regrettent le départ des Boches".

          Faure est de Bordeaux. Il a dû faire ses observations sur des sujets choisis…

          Observation de L. Bertrand :

          "En matière de morale, il n'y a pas de progrès collectif, il n'y a de progrès qu'individuel".

          C'est je crois, mot pour mot, une expression de Rod dans le "Sens de la Vie".

          Est-ce emprunt d'une expression heureuse par accord de deux esprits, ou bien l'identité de la conviction a-t-elle amené la similitude de l'expression ?

          Autre vérité, cueillie dans l'Oeuvre d'aujourd'hui : "dire aux peuples : "La République rend la guerre impossible" est une tromperie grossière qui méconnaît cette vérité que les républiques du passé et même du présent ont été aussi belliqueuses que les monarchies.

          Lorsqu'il n'y aura plus que des républiques sur la terre, elles se battront entre elles comme le faisaient déjà les républiques romaine, carthaginoise ou athénienne. Tant qu'il y aura des hommes sur la terre, il se manifestera des conflits d'intérêts et de races".

          Courageux journaliste qui ne sera point écouté ni cru, les bourreurs de crâne flattant les illusions des foules entraîneront les masses, aveugles ou clairvoyants, aux imprudences désastreuses qui préparent les désastres, comme celui que nous subissons.

          En Russie, le même phénomène se produit. Chaque parti surenchérit. Les uns promettent une liberté illusoire, d'autres un régime de propriété impossible, d'autres encore une paix à tout prix, plus désastreuse encore que les luttes sociales.

          L'armée se désagrège, les soldats révolutionnaires quittent leurs régiments. Et devant cette perspective d'un éloignement du front, tous les lâches se sentent l'âme antique des fondateurs de cité nouvelle…

          "L'avenir réserve de grandes choses" a dit hier le chancelier.

          Je crains une foudroyante offensive vers Petersbourg ou Odessa, sur ces armées désorganisées, démoralisées, indisciplinées. Les durs guerriers germaniques entreront là-dedans comme une lame de faucheuse dans la terre désagrégée d'une taupinière.

          Le Chancelier adresse ses compliments à Hindenburg à l'occasion de la retraite dévastatrice et habile qu'il a opérée dans le Nord de la France.

          Nos journaux ricanent. Ils ont tort. La retraite allemande s'est faite à son heure, sans abandonner absolument rien.

          S'en aller ainsi quand on a en face un adversaire formidablement outillé, s'en aller sans être inquiété et n'être que suivi, avoir pu le bluffer pendant des semaines, pendant la scabreuse période où l'on est à demi installé à l'heure où une violente attaque à fond eût été un désastre, on a beau railler la retraite, elle a été un acte bien joué.

          Je ne suis pas au courant des projets de notre E.M., ni de ses secrets, ni de ses arrière-pensées. Mais je reste rêveur en présence de ces grands préparatifs d'attaque devant le vide qu'il a ordonnés, dirigés, accomplis sur ce coin du front où les Allemands faisaient simultanément leurs préparatifs de départ.

          Était-ce ignorance de notre part ?

          Était-ce une feinte pour encourager l'ennemi à nous jouer sa mauvaise plaisanterie de refuser la bataille ?

          Les travaux faits ici ont été bien considérables pour une simple feinte.

          Pourtant depuis trois mois au moins les B.R. de l'armée signalaient les préparatifs d'évacuation, de repli des troupes ennemies … Alors, pourquoi ?…

          Avons-nous quelque part ailleurs un coup dur à donner, à supporter ?

          Attendons, l'avenir dira…

Le 2 avril 1917

          Départ de Marquéglise.

          Je vous remercie, mon Dieu, de m'avoir éloigné des trop dangereuses tentations.

          Yvonne Vermont était trop tendre et une diabolique et involontaire inclination me faisait pencher vers elle.

          J'ai pu me taire. Je suis parti. Dieu soit loué. J'ai quitté de braves gens. Du vrai peuple de France.

          Arrivée à ElincourtElincourt (Oise).. 2 avril, 14 heures.

          Avant le départ, le "coup de gueule" du Commandant contre Tondeux, adjudant du 252ème, sans casque.

          Pluie. Village pas trop malmené. Il y a eu pourtant des victimes du bombardement. Maintenant le calme est assuré, les "émigrés" reviennent.

          Notre hôtesse Mme (…un vide…) la fermière de l'Écouvillon, une personne abondante et sanguine ; elle a marié sa jeune fille très pâle de dix-sept ans à un fantassin, il y a quinze jours. La picarde épouse un paysan de l'Aveyron. Hasard de la guerre.

          Le 3 avril - La guerre a des hasards qui tiennent du roman.

          Un paysan de Thiescourt pays délivré, vient visiter les ruines de sa maison. Depuis bientôt trois ans qu'il avait du fuir la canonnade et subir la servitude de l'envahisseur, il avait la hâte bien naturelle de revoir le coin où s'était édifiée, puis effondrée sa fortune, son humble fortune de paysan laborieux. Et la ruine n'est qu'un demi-mal. Il est sans nouvelles de ses fils, enrôlés depuis trois ans dans l'armée française.

          L'un de ses fils est cantonné à quelques kilomètres de son pays natal. Il a l'obsession de revoir les ruines de la maison paternelle… Il demande une permission. Accordée. Le voici. Il arrive au village.

          Des soldats y sont cantonnés. Il leur cause :

          - C'est ici la maison d'un de mes frères. Je suis du pays. Je vais voir la maison où je suis né.

          Un vieillard un instant après entra.

          - Ici, dit-il, c'est la maison d'un de mes fils.

          - D'un de vos fils ?

          - Alors c'est donc un de vos fils qui vient de sortir d'ici, puisqu'il disait que cette maison appartenait à un de ses frères.

          - Un de mes fils ? dit le vieux en tremblant.

          - Oui, il est là dans la maison à côté.

          On les conduit l'un à l'autre.

          Ils restent muets de saisissement. Le fils sanglote et le père l'embrasse en tremblant d'émotion.

          Le 4 avril - Elincourt.

          J'ai passé mon après-midi à classer et enregistrer les ordres reçus ces derniers jours.

          En voici deux bien originaux.

          IIIème Armée, 29 mars.

          Ordre général n°361 O.P.

          "Le 26 mars, au camp de prisonniers de Noyon, deux sous-lieutenants aviateurs se sont entretenus familièrement avec deux aviateurs allemands prisonniers et, en les quittant, leur ont serré la main.

          S'il est du devoir militaire de respecter un ennemi vaincu après avoir courageusement et loyalement combattu, témoigner de la bienveillance et de la sympathie à un adversaire qui s'est rendu coupable des pires excès, sur les lieux mêmes de ses crimes et devant les populations qui en ont souffert, dénote une inconscience regrettable et une méconnaissance absolue du caractère particulièrement odieux de la guerre qui nous est faite.

          Le Général Commandant l'Armée flétrit par la voie de l'ordre l'attitude inqualifiable des ces deux officiers à l'égard d'un ennemi pour qui on ne doit avoir que de la haine".

Signé Humbert.

 

          IIIème Armée, 28 mars.

          Ordre général n°358 O.P.

          Bapaume. (Pas-de-Calais)L'Hôtel de Ville de Bapaume, ruiné par l'ennemi a sauté. Vingt-six officiers ou soldats anglais et deux députés français qui s'y trouvaient ont été tués par l'explosion.

          Un souterrain a également sauté à Bapaume. L'église de Sapignies a sauté hier, 27 mars.Sapignies (Pas-de-Calais)

          Il y a eu en différents endroits d'autres explosions du même genre.

          On croit que des explosions ont été provoquées par des machines infernales à mouvement d'horlogerie.

          On a découvert que la partie habitable du château de Gommecourt était minée. Un état-major de brigade y était installé. Il est probable que cette dernière mine devait sauter par fils qui ont été découverts et coupés.

          Des mesures seront prises dans la zone de la IIIème Armée pour que toute maison habitable soit visitée par des sapeurs du Génie, dans le but de découvrir les dispositifs de mine qui pourraient s'y rencontrer.

Signé Humbert.

          "Longtemps après la guerre, l'Allemagne ne pourra vaincre ce blâme indigné, ce reproche au nom de l'honneur trahi, ce juste jugement qui mettront autour de chaque allemand, où qu'il se présente, du silence, du recul, et de la répulsion. Les lois invisibles qu'ils ont cruellement offensées exerceront alors une vengeance solennelle". Robert de Traz, dans le Journal de Genève du 2 avril 1917.

          Tous les jours il passe d'interminables files de camions automobiles chargés de réfugiés des régions délivrées.

          Dans la fuite rapide des voitures on entrevoit des visages pâles aux yeux brillants de joie, des mains s'agitent, des sourires flottent dans le sillage. Une femme, un enfant, une voix jeune jette de temps en temps le plus émouvant cri de joie que j'aie jamais entendu. De ces martyrs arrachés et emportés vers la patrie retrouvée, le cri : "Vive la France" remue jusqu'aux entrailles.

          Le Président Wilson vient de relever l'humanité souffrante qui tombait sous la croix.

          Par lui, le règne de dieu semble rayonner sur l'horizon noir ; une grande clarté pleine de promesse et d'espérance vient nous consoler, nous réconforter. Dans son attitude arrogante, la Force germanique, celle qui marchait menaçante contre la Justice (Gewalt geht vor Recht) (La force avant le droit) vient de recevoir un Halte-là redoutable.

          L'Amérique entre en guerre contre l'Allemagne par la Volonté du président Wilson.

          L'Allemagne est mise au ban des nations.

          Cette fois le verdict est irrévocable. Le châtiment ne saurait tarder. Je vous demande pardon, mon Dieu, d'avoir été impatient et sceptique, quand le président Wilson avec une prudence solennelle et quasi sacrée, sommait avec des phrases obscures et captieuses, les empires de la brutalité de rester dans les bornes permises. Maintenant, les arguments sont d'une autre force.

          Par cette sage et calme et lente indignation le président Wilson a laissé à l'Amérique tout entière le temps de prendre la température de guerre, la température morale du Juste qui se fâche.

          La guerre atroce n'aura pas été trop longue, si elle enfante une cité nouvelle, et tout promet le règne prochain des hommes de bonne volonté.

          Nous pourrions, aujourd'hui déjà, chanter un Te Deum, avec nos cœurs et nos habits de deuil.

          Le 5 avril - Elincourt.

          Hier il neigeait à flots - Aujourd'hui un soleil caressant fait croire au printemps en retard.

          Elincourt. (Oise)Après-midi promenade sur la colline. Le vieux manoir, devenu ferme, devenue ruine. Toutes les souillures de la guerre : incendie, explosion, ordures, graffiti, épaves… Le panorama reste admirable. Le bois de pins. La piste vers le secteur.

          La tombe isolée en pleine forêt : qui donc dort là ? "Aux camarades morts pour la Patrie". Une branche de gui, une croix de mousse, deux touffes de jeannettes blanches dans des boites de singe. Resquiescant in pace.

          Le 6 avril - Une lettre de Mme Letombe, une de Mille.

          M. Malderet me rapporte des abris allemands une brassée de livres.

          Je crois dans les vers de Mörike, voir revivre des temps passés. Die Donau, Durnstein, meine Heinzstrasse…

          Emmy (1911)Wo bist du meine arme Emmy ? Was schafst du nun ? Was berührt dein Gemüt. Bist du noch eine Deutsche, oder weinst du mit mir vor Unglück deines erkorenen Vaterland ? Ach ich möchte hingehen... Dahin... (Où es-tu ma pauvre Emmy ? Que fais-tu maintenant ? Quels sont tes sentiments ? Es-tu encore Allemande, ou pleures-tu avec moi le malheur de la Patrie qui t'a été dévolue ? Ah ! Je voudrais tant y être…là-bas...)

          Le 7 avril - Elincourt.

          Et la neige est revenue ce matin. La végétation reste endormie dans ce printemps qui ne peut se défaire de la bise et de la neige.

          - Un cas isolé qui contredit mes réflexions désobligeantes sur la trahison des classes influentes :

          Il est arrivé au 417ème un récupéré, soldat de 2ème classe, neveu du chef de cabinet de Ribot.

          Saluez.

          - Les Chambres américaines ont décidé la déclaration de guerre à l'Allemagne. Et maintenant, américains, cognez dur.

          - Le Brésil dont les navires sont coulés aussi semble encouragé par l'exemple de l'Amérique du Nord : il montre les dents.

          Le boche récolte une belle moisson de haine.

          Le 7 avril -  Il est venu au bureau un vieillard des pays délivrés.

          Les yeux de la bête traquée disent l'anxiété ancienne de ce malheureux. Le teint pâle, terreux, les privations. Depuis plus d'un an, il n'avait pas mangé de viande.

          La mortalité des enfants et des vieillards est effrayante.

          Tout ceux qui n'avaient pas de fortune ou de crédit ont souffert de la faim. Ils attendaient souvent pour se restaurer, le "barbotage" que les soldats allemands voulaient bien leur abandonner.

          Pour toute femme pauvre il n'y avait qu'une ressource pour échapper à la faim. Se coller avec un soldat !

          Le vieillard assure avoir entendu un membre de la municipalité de Noyon répondre à une femme suppliant des secours :

          "Nous ne pouvons rien pour vous… Trouvez un soldat…"

          Honte et horreur et grande pitié en ce pauvre pays de France.

          Pâques 1917 - Elincourt.

          La neige s'efface sous la caresse du soleil - Cartes de Camille et de Maria.

          Promenade à cheval avec Ravenet d'Elincourt à Chevincourt.

          Le 9 avril - Elincourt.

          Sur le soir grand remue-ménage. Le 417ème et le 404ème demandent chacun deux cents hommes de renfort. C'est le prix des ruines reconquises…

          La désignation des hommes de renfort n'est pas une petite affaire :

          Le Commandant pose les principes, les règles générales. Les Commandants de Compagnie les font descendre jusqu'aux soldats de 2ème classe.

          Et alors il se produit des mouvements dans les entrailles de chacun :

          L'un résolu ou résigné monte avec un sac.

          Il le faut.

          Un autre devient exubérant, sifflote ou chante, et tard dans la soirée au-dessus de mon bureau résonnait à plein "La voix des chênesLa voix des chênes, chanson (1888). Si vous rêvez d'amour dans les forêts prochaines écoutez au déclin du jour la voix des chênes...". D'autres pâlissent, frémissent, sont nerveux, ont des gestes saccadés :

          - C'est pas mon tour.

          - Je ne veux pas marcher encore, je me fais porter malade, regardez ce pied que j'ai là… et on expose quelque blessure mal guérie.

          A dix heures du soir, mon petit fourrier Gay entre, pâle, effaré, une physionomie de lièvre aux abois :

          - Savez-vous mon adjudant, si le Commandant est couché ?

          - Couché ? A cette heure. Mais oui. Pourquoi ?

          - C'est que je voudrais le voir. Je suis du cadre permanent et on m'a désigné pour monter là-haut. Et je n'y tiens pas à monter là-haut. Je sais trop ce que c'est. Dans ses yeux passe un reflet retrouvé de l'épouvante aux journées les plus atroces de la bataille de la Somme.

          Je suis gêné par cette vague d'angoisse qui est pour moi comme un reproche muet…

          Moi, je suis du "cadre permanent", je n'ai jamais eu ma part des épreuves de "là-haut"… Et je ne pars pas… Pas encore.

          Ce n'est pas juste me crient en silence les traits crispés du petit caporal aux grands yeux noirs, doux comme ceux d'un chevreau.

          Le 10 avril - Je me suis réjoui trop vite de voir un type très pistonné, soldat de 2ème classe, à un régiment de ligne. Arnauné, neveu du secrétaire particulier de Ribot, a déjà trouvé un "filon".

          Hier la D.I. a demandé d'extrême urgence deux dactylographes. Son nom a été retenu sur la liste.

          Je dois dire, sans aucune pression ni (illisible) - et le voilà emmené en auto au Q.G…

          Encore un homme intelligent retiré du danger.

          Le 11 avril - Les Anglais nous font l'honneur d'un beau bulletin de victoire.

          Onze mille prisonniers, cent canons, cent soixante-dix mitrailleuses, la crête de VimyBataille de la crête de Vimy, 9-12 avril 1917.

          Depuis la fougueuse attaque française en Champagne 1915, jamais rafle aussi formidable n'avait été opérée.

          Et ceci paraît-il, est un début. Un beau début. On a l'impression d'un effort effrayant des deux adversaires, "d'un monstre contre un dieu, tous deux de même taille".

          Le peuple anglais donne la mesure de sa ténacité proverbiale, comme le Français à la Marne a donné celle de son énergie spontanée et primesautière. L'un sans l'autre donnait des efforts vains contre la puissante Allemagne. Maintenant, le résultat ne fait plus de doute, nulle part, même en Allemagne, je pense, où l'angoisse doit serrer les gorges. Chacun son tour. Nous avons eu nos transes ou notre fausse inquiétude trente mois durant…

          La mer de haine et d'hostilité assiége l'Allemagne.

          Le Brésil, dit-on, rompt les relations diplomatiques aujourd'hui. C'est pour demain l'entrée en lutte de l'Amérique du SudLe 2 mars 1917, entrée en guerre du Brésil. ajoutée à celle du Nord. "Die ganze Welt gegen uns" (le monde entier contre nous) disaient-ils avec orgueil et un peu d'hyperbole l'an passé. Maintenant c'est une réalité… L'anxiété doit faire place à l'orgueil. Et l'on songe à l'accueil qui leur sera fait dans le monde à la paix, lorsqu'ils se présenteront dans une ville, dans un port, dans un pays étranger et diront : "Ich bin ein Deutscher" (Je suis allemand). Je vois les visages se détourner, les portes se refermer. Tout se paie. Ils ont semé la haine, ils récolteront l'hostilité. Et on peut aussi prévoir que chez eux, il y aura du "tirage" après la guerre. Les conflits politiques seront sûrement âpres, avec la défaite que chaque parti se jettera en reproche à la face ; mais la crise économique sera, sans qu'il apparaisse rien encore, d'une étendue et d'une gravité sans mesure. Le phénomène dont l'Angleterre a souffert en 1816 du fait de l'accumulation des marchandises dans ses magasins durant le long blocus napoléonien, doit fatalement se reproduire sur une échelle agrandie dans l'Allemagne de 1918 qui a pendant trois années systématiquement détruit les approvisionnements et les outils de travail de ses concurrents, accru ses stocks de produits et ses usines en vue d'un marché ouvert et agrandi par une victoire qui se dérobe…Terrible perspective. La main de Dieu.

          Le 11 avril - Le 292ème vient de Saint-Quentin ici, au repos. Les hommes, des Bretons, se sont saoulés par unités constituées, dirait-on. Des sections entières d'hommes ivres passent dans la rue, crient, se bousculent et finalement se battent.

          Le Commandant tâche de ne pas voir, de ne pas entendre. On finit par se lasser, quelques-uns des plus bruyants passent au poste de police.

          Une hostilité sourde s'enfle en silence contre Ravenet et moi, et quelques autres.

          La jalousie est mordue à sang chez Roissé et Samalens notamment. Ils projettent de faire intervenir des puissances politiques pour faire intervertir leur tour de départ avec le mien…

          Roissé, le postier qui se croit intelligent parce qu'il est syndicaliste…

          Roissé qui s'imagine être un homme supérieur parce qu'il a gagné les galons d'adjudant, une citation et une promesse d'épaulette…

          Le 12 avril - Récit par la sœur de notre hôte, venue des pays libérés, des souffrances morales infligées par les allemands à la population civile.

          A tout propos, à chaque pas, le mot "fusiller" mis en avant, et de temps en temps l'acte - pour donner de la valeur persuasive à la menace.

          Une année sans qu'une nouvelle quelconque parvienne dans chaque village. Chaque village enfermé dans une ceinture de menaces. Pas un être qui puisse en sortir, pas un étranger qui puisse y pénétrer, donner une indication sur la vie du dehors. Isolement atroce.

          L'attente vaine, l'attente sans fin.

          Ce n'est pas possible que "nos Français" nous abandonnent ! Mais que font donc "nos Français".

          La mise au secret de tous les habitants au fond des caves, le jour du départ des Boches, les explosions, les mines, les destructions, la terreur.

          "Quiconque se montrera sera fusillé sur-le-champ".

          Le grand silence.

          La grande nouvelle en traînée de poudre de "Nos Français"!…

          Les baisers aux soldats, à "nos Français", les enfants qui n'en avaient jamais vu et les acclamaient, les tiraient par le pan des capotes.

          Le 13 avril - La première journée de vrai printemps. Et par une heureuse coïncidence six lettres au courrier. C'est une bénédiction.

          Le 14 avril - Elincourt.

          Des prisonniers boches font halte.

          Der Hass steigt gewaltiger in meinem Hertz. Ich zittere von Hass. (La haine monte de plus en plus violemment dans mon cœur. Je tremble de haine.)

          Je suis effrayé de ce flux qui me secoue. Pour un rien je les verrais fusiller tous avec une joie sauvage.

          Tout rapport sera impossible après la guerre avec ces gens-là.

          Pourtant, nous n'étions pas préparés à tant de haine.

          Marthe S. m'écrit sur ce sujet :

          Quelle barrière plus infranchissable que tous les obstacles matériels s'est dressée entre la France et l' Allemagne ! A présent il y a entre nous un tel fleuve de colère, de haine, de sang, que nous n'essaierons pas de le franchir. Pourtant il y avait dans mon entourage quelques femmes que j'aimais et qui avaient été bonnes pour moi… Je ne m'imagine plus recevant de lettres de là-bas…

          Le 15 avril - Dimanche. Pluie.

          A table, propos grossiers, conversation picaresque comme Ravenet y a coutume, comme elles étaient de mode au XVIème siècle.

          Je fais remarquer l'embarras dans lequel nous allons nous retrouver à la paix, dans la vie civile, les gaffes que ces habitués de langage salé, ordurier vont nous faire commettre. Déjà, en permission, il faut se surveiller.

          Comment ? Tu te surveilles, chez toi ? Moi, je cause à la maison comme ici. J'ai les mêmes expressions avec ma femme qu'avec les copains.

          Il est vrai, qu'une fois, j'ai mordu mes lèvres.

          On était à table, mon père parlait d'une femme qui avait des amants, ma mère faisait la dégoûtée, je fis : "Ben quoi, elle a un cul ( ? ) pour s'en servir".

          Zut, ma sœur était à côté de moi. Je n'avais pas songé. J'ai piqué un beau soleil.

          Maintenant elle est habituée à ces propos-là. Comme toi. Ç'a été long pour toi. Je me souviens qu'au début de la guerre quand on parlait de cul, tu baissais les yeux, tu avais l'air de sortir d'un couvent. Tu étais un type original.

          Hélas, oui, ce que j'avais d'original s'arrache à ce dur frottement.

          Ce qu'il me restait de jeune s'use, et je suis peu à peu comme une des herbes nivelées dans la prairie après le passage de la faucheuse.

          "Ils ne t'ont point fait de mal s'ils n'ont point rendu ton âme pire qu'elle n'était avant".

          Pourrais-je défendre mes camarades de guerre en soutenant cette thèse du philosophe antique, ou bien, est-ce qu'il faut les accuser. N'est-ce pas moi qui ai manqué d'énergie pour me surveiller, m'améliorer au lieu de me laisser glisser, affaisser peu à peu.

          Il m'a manqué une grande grâce durant la guerre, et je porte la peine des erreurs, des fautes d'avant-guerre : c'est de n'avoir pas le cœur rempli.Edouard Coeurdevey (vers 1900).

          La paralysie étrange qui m'a fait perdre Madeleine, la guerre qui a dressé un mur entre Emmy et moi… m'ont affaibli. Si C. avait voulu comprendre la vacance, si elle avait su ou pu m'envelopper, répondre à mes appels de vie morale, l'union aurait évolué, et serait devenue complète, même malgré son infirmité, tandis qu'elle laisse la lampe sans huile… et mon affection ne trouve pas le réservoir plein où puiser toute une vie. Elle tremblote. Le premier orage l'éteindra.

          Mme R. m'a appelé de tout son être ardent. Celle-là possède les ressources inépuisables, mais nous avons manqué l'heure de nous rencontrer, l'heure élue où l'on s'attache, je n'ai plus vu à froid, que la veuve déjà âgée, la mère d'une grande fille, et qui ne peut être celle de mes enfants, enfin la femme qui va vieillir bientôt, qui prend de la teinture d'iode pour ne pas grossir… La fusion devenait impossible. D'autant plus qu'elle a commis l'irréparable faute de faire des avances, d'être plus pressée que moi…

          J'ai trouvé en route sur les routes de la guerre, un peu d'amour : que Bertha devienne ma femme un jour, je n'y avais guère pensé. Son attachement fidèle me poursuit comme un remord, et comme un appel, que j'écoute parfois. Pourtant, elle n'a aucune étoffe que celle de son cœur simple et droit. Ni instruite, ni intelligente, elle serait une compagne ennuyeuse et fade…

          Marthe est une amie ; c'est elle que je devrais épouser si selon la pensée de JoubertJoseph Joubert  (1754-1824), Moraliste français. "on doit prendre pour épouse la personne qu'on aurait choisie pour ami si elle était un homme".

          Mais elle n'éveille en moi aucune attirance amoureuse - et puis elle est débile et païenne. MS.

          Et à défaut d'amour humain, la grâce divine d'une foi ardente ne m'a visité que trop rarement pour la lutte quotidienne contre les défaillances, les faux-pas, la fatigue, la nonchalance morale.

          Le 17 avril - Elincourt.

          Depuis quelques jours, il pèse quelque chose dans mes membres.

          Ça ne va pas.

          Pourtant, j'ai une installation bien agréable, la plus commode que j'ai encore trouvée, j'ai des loisirs, j'ai des livres, et je ne puis en profiter comme je le voudrais.

          J'ai des livres. Des livres allemands surtout.

          Le 18 avril - Ordre Général n°75.

          G.Q.G., le 15 avril.

          "Aux officiers, sous-officiers et soldats des Armées françaises :

          L'heure est venue. Confiance, courage et vive la France".

          Nivelle.

          (Cet ordre devra être communiqué aux troupes de façon à leur parvenir le jour même des attaques, soit le seize avril.)

          Et les attaques ont eu lieu…

          Le communiqué nous arrive : dix-sept mille prisonniers, mais il est rédigé de façon si peu nette, presque évasive que j'ai l'impression d'un sanglant échec. Il semble que le rédacteur avait comme un regret que l'attaque dont il relate les premiers résultats ait eu lieu dans les conditions où elle s'est produite.

          Les Anglais n'avancent plus. Nous nous sommes heurtés…

          Pourquoi avoir commencé la lutte suprême ? J'ai idée qu'on veut ou bouleverser un plan de retraite allemand continuant la première étape sur Saint-Quentin - Laon, ou bien prévenir et contrecarrer une offensive allemande sur l'armée russe désorganisée, car ça va mal en Russie… Les violents veulent la paix.

          Le 18 avril - Des bruits vraisemblablement fondés signalent des graves émeutes à Berlin, et dans d'autres villes à l'occasion de la réduction de la carte de pain.

          Aurions-nous cette compensation inattendue à l'anarchie russe ? Dieu le veuille, car il semble bien que le rouleau russe n'est plus qu'un rouleau de neige fondante au souffle brûlant des utopies démagogiques. Terrible alternative pour les alliés du colosse de neige, ou l'autocratie corrompue et traîtresse ou la révolution dissolvante.

          Mais si ceci déborde sur l'Allemagne, c'est plus redoutable aux armées germaniques que tous les obus japonais ou que ceux de PoutiloffPoutiloff, usines d'armements de Saint-Petersbourg..

          Pendant ce temps, la France continue à se saigner pour le salut du monde et des démocraties.

          C'est une douloureuse destinée que celle des peuples. Elle est comme celle des hommes. Qu'il s'abandonnent aux aristocraties vigoureuses, énergiques, ils s'exposent à toutes les catastrophes que l'orgueil prépare, qu'ils se livrent aux molles démocraties, impulsives et myopes, ils sont condamnés aux effondrements de la faiblesse et de l'imprévoyance.

          Quel peuple sera donc assez sage pour trouver et garder la forme de gouvernement ferme et prudent, prévoyant et libre ?

          Le 19 avril - Les veillées d'Elincourt-Sainte-Marguerite.

          Les deux pièces contiguës, le feu flambe dans les cheminées. La soirée est sans souci ; j'écris mes lettres et mes notes au bureau, je lis un peu ; puis je vais dans la pièce voisine où Ravenet, Dôle, Blaty et Tarte font une manille prolongée.

          Ravenet avec son tempérament rosse pousse aux enchères pour faire monter Dôle qui perd "par la faute à Ravenet".

          - Ça ne rapporte pas, Dôle ? lui dis-je.

          - Ah ! c'est une belle vache vot'copain ! Il monte même quand il n'a rien dans son jeu.

          Mais un peu de rhum apaise l'irritation de Dôle.

          Et chaque soir qu'il a perdu, il jure :

          - Je ne joue plus aux cartes.

          - Serment d'ivrogne… fais-je, de mon lit où les éclats de Dôle vexé me font interrompre ma lecture.

          Car je me suis couché et en attendant que le sommeil vienne et que la partie finisse je continue à lire, appuyé sur le coude, face à mes joueurs. Et pendant ce temps, les vrais soldats sont sous la pluie et les obus.

          On tempête contre les bureaucrates. Ils sont cependant bien indispensables. L'un deux, je ne sais lequel, a négligé de transmettre le dossier des hommes à présenter à la Commission de Réforme de Compiègne. Résultat : quarante-sept mal fichus sont allés hier jusqu'à Compiègne et sont revenus bredouilles, faute de la paperasse obligatoire.

          Le 19 avril - Le résultat de la bataille se dessine. Le récit est plus net, l'impression meilleure, dix-sept mille prisonniers, des points d'appui importants. Des canons, des mitrailleuses à profusion.

          Le 20 avril - Au bureau désignation des candidats à l'école des Chefs de Section.

          Pas de lettre. Louis est rentré à Besançon. Le silence peut être agressif.

          La bataille continue. Le communiqué allemand est embarrassé. Le nôtre ne brille pas.

          Le commentaire WolffAgence Wolff, agence de presse allemande. signale l'échec devant le fort de Brimont de notre 14ème Division.

          Elle joue de malheur notre pauvre chère 14ème DI. Combien des admirables soldats que j'y ai connus pourront survivre à tant de sanglantes épreuves ?

          Les prisonniers, les blessés, les mutilés, sans doute seront les seuls qu'on pourra compter après la guerre.

          Le bourgeois est l'être qui pense bassement. L. TailhadeFlaubert? Guy de Maupassant "Etude sur Gustave Flaubert". .

          Le 21 avril - Elincourt-Sainte-Marguerite.

          Dans un autre ordre d'idées, le Commandant après avoir dicté les ordres de la matinée, nous dit, à nous deux :

          "Dans un autre ordre d'idées, comme vous êtes mes collaborateurs, il faut que je vous annonce que je viens d'être promu chevalier de la légion d'honneur".

          - Enfin ! Je m'en réjouis sincèrement, mon Commandant.

          - On s'est tout de même rappelé que quelques uns au début avaient fait leur devoir sans compter sur une récompense et avaient été oubliés.

          Le 22 avril - Elincourt.

          "Avant de s'enfermer dans Compiègne, Jeanne d'Arc est venue en pèlerinage à Sainte-Marguerite et a communié dans l'église d'Elincourt". Inscription sur un marbre de l'église au-dessous d'un vitrail rappelant la scène.

          A la messe, une heure de paix et de grâce… Je me sens fort pour toutes les épreuves : que Dieu décide, que sa volonté soit faite, pourvu que son règne arrive. J'entrevois le jour où j'aurai une section à diriger, à entraîner, à enthousiasmer. Cette tâche m'attire et il me semble que j'y mettrai assez de passion débordante pour insuffler un ardent enthousiasme à la minute solennelle de l'attaque.

          Le 22 avril - Après midi, promenade à cheval aux tranchées boches à Thiescourt.

          L'Écouvillon, anéanti. Le lacis de nos tranchées, les arbres douloureux, le sol avec ses plaies.

          Le "no man's land".

          Les tranchées boches. Autre dispositif. Les abris à mitrailleuses en béton, avec armoire et installation électrique.

          Les arbres tronqués, les observatoires.

          Le village de Thiescourt, autrefois coquet dans ce vallon.

          Le cimetière allemand.

          La maison blindée.

          Les maisons anéanties.

          L'église en ruines.

          Les trous d'obus dans le sol argileux devenus des vasques.

          Le 23 avril - Elincourt.

          Première séance de cours sur le nouveau fusil à tir automatique.

          Notre situation à Ravenet et à moi devient branlante. La meute des chiens aboie.

          Les offensives anglaises et françaises ont les ailes abattues, sinon brisées.

          Ce n'est pas encore la victoire. Il faudra l'effort de l'Amérique cependant que les russes nous lâchent…

          Le 24 avril - Elincourt.

          Blaty me confie les réflexions de Capsordy, un ex-fonctionnaire, vaguemestre au 417ème, qui se fait proposer pour le cours d'E.C.S du G.A.N. : "Hé bé ! tu comprends, ça m'est égal de passer adjudant ou pas, mais je suis le premier à partir en renfort, et si j'étais envoyé aux cours de chefs de section, Hébé ! ça serait toujours trois mois de tirés…"

          C'est du cynisme de politicien, de l'inconscience habituelle des mœurs politiques du Midi.

          Tant d'effronterie dans la lâcheté, un tel manque de tact met Blaty, le parisien, hors de soi.

          - Oh ! Ces types du Midi ! Du Midi de la Garonne surtout. Ils sont plus égoïstes et plus lâches que ceux de Provence.

          M. Dedieu, notaire à Lassigny, revient au pays, s'installe à Elincourt, demande à entrer en popote avec nous.

          Le village d'Elincourt respire. Il avait encore l'oppression du terrible voisinage des lignes quand nous sommes arrivés. Rues sales et vides, cours encombrées, fenêtres cassées, portes tristes.

          Maintenant, quelque chose d'impalpable flotte dans l'air et publie que la paix et la vie normale sont accordées à nouveau à ce pays de la désolation.

          Dans les rues on retrouve des civils, des jeunes filles, des enfants, vêtus décemment, les vitres s'éclaircissent, se décoiffent de la poussière noire que le soldat semble affectionner, les fenêtres se garnissent de rideaux blancs, les seuils et les cours sont balayés ; au visage morne, crasseux, soldatesque, succède le visage frais et propre des ménagères.

          Le 24 avril - Arrivée d'un colis !

          Du beurre, de la cancoillotte, de la saucisse ! C'est une surprise rare.

          Le 26 avril - Longue lettre de Marthe.

          Une lettre candide de Maria.

          Accident de grenade à M. Manuel, et à deux grenadiers.

          Un trait du Commandant :

          Je lui présente une permission de trois jours pour un soldat dont le frère a été tué : "il ne demande que trois jours, il a un frère tué.. Mettez cinq jours", et il pose sa signature énergique sur la feuille.

          M. Dedieu, notaire de Lassigny fait partie de notre popote ; il nous raconte de bons mots d'allure scandaleuse : mon premier est ce que les dames aiment que les hommes fassent, mon second ce que les femmes n'avouent jamais, mon tout ce qu'elles aiment trouver chez les hommes : le courage.

          Des bons mots de Toto :

          Qu'est-ce qui est ovale, humide avec du poil autour : l'œil - deuxième répétition : ce que vous avez pensé tout à l'heure…

          Définition de l'adultère : une femme qui change sa fourrure de porte-manteau.

          Définition de l'enfant : un fruit confit à l'eau-de-vie…

          Le 27 avril - Elincourt.

          Remise de la Légion d'Honneur au Commandant.

          Le Général Targe est venu remettre au Commandant la croix de chevalier de la Légion d'Honneur.

          Je n'ai pas assisté à la cérémonie. Mais tout à l'heure, il m'a fait appeler dans sa chambre :

          Après expédition des affaires courantes il se lève, se dirige vers moi, la main tendue :

          - Mon Commandant, permettez-moi…

          - Je veux devancer vos félicitations et aujourd'hui j'ai reçu un témoignage de satisfaction, je vous y associe pour votre part et vous remercie des bons et fidèles services que vous m'avez rendus.

          - Je suis parfaitement heureux de votre joie et je n'ai fait que ce que je devais faire.

          - N'attachez pas trop d'importance à mes impatiences ; si je vous ai quelquefois bousculé c'était le métier et le service. Il faut être brutal dans le service, brutal envers soi-même, brutal envers les autres. On a besoin de se rappeler un peu vivement à l'ordre de temps en temps, pour ne pas s'écarter du chemin.

          - Mon Commandant, c'est une qualité et croyez bien que je sais juger les choses autrement que sur les apparences et que…

          Le service est impérieux, et souvent tel, qui peut être un homme très doux dans l'intimité doit se montrer dur dans le service.

          Tout le Commandant de Goÿs est là : c'est un homme.

          Quelle journée bénie est-ce donc aujourd'hui qu'elle m'apporte des choses si rares :

          Une poignée de main, un sourire, un merci affectueux d'un Chef exigeant et avare… C'était déjà beaucoup.

          Voici une lettre que j'attendais depuis trois ans : une vraie lettre de Mme Bez.

          Le 28 avril - Elincourt.

          a) A. France ; Révolte des anges. Chapitre XXXI.

          "Où l'on admire avec quelle facilité un homme honnête et doux, peut commettre un crime horrible".

          HamerlingRobert Hamerling (1830-1889), poète autrichien.. Vor einer Genziane : "... ich habe Gerungen mit Dämonen... Ich habe Ihn beim Namen gerufen ; Emporgeklettert Bin ich auf einer Leiter von Seufzern. Und hab'Ihm ins Ohr gerufen: Erbarmung!" (Hamerling. Devant une gentiane : " … J'ai lutté contre les démons… Je l'ai appelé par son nom ; J'ai escaladé une échelle de soupirs. Et je Lui ai crié à l'oreille : Pitié !")

          Le 29 avril - Elincourt.

          "Réjouissez donc aujourd'hui l'âme de votre serviteur, parce que j'ai élevé mon âme vers vous, Seigneur Jésus".

          Sursum corda ! Habemus ad Dominum (nous le tournons vers le Seigneur). Seigneur, donnez-moi de la souffrance ! Je ne suis pas digne en ce temps d'épreuves universelles, d'être tant ménagé. Il me semble Mon Dieu, quand votre grâce me remplit et me fait sentir la plénitude de vie à laquelle je puis atteindre, que les épreuves me rapprocheront de vous. Ne me privez pas de ma part d'horreur, mon dieu. Venez à mon aide, faites que je sois appelé aussi au sacrifice. Aidez-moi par votre volonté, à vaincre les prudences de la chair, les timidités de la prévoyance à courte vue, les lâchetés de mon égoïsme à jeun, qui me font envisager avec appréhension le départ à la tranchée. Faites que je sois heureux de partir.

          Si vous m'appelez à vous, Seigneur, plus près de vous, mon Dieu, j'accepterai avec joie les horreurs de la guerre, de celle que font les vrais soldats.

          Donnez-moi l'occasion d'être un héros selon les hommes afin que je me rapproche de vos saints, selon votre loi.

          Si vous me mettez à l'épreuve, j'espère que vous m'accorderez mieux votre grâce et votre indulgence, j'ai l'intime confiance que vous m'assisterez dans mes efforts sur votre voie pour me rapprocher de vous.

          En des heures comme celles-ci, je sens combien vous êtes grand et ce que vous avez mis de grand, de divin dans nos misérables corps. Et votre souffle vaut mieux que notre chair. Il est donc équitable et salutaire que nous écoutions votre voix plutôt que la nôtre, que nous obéissions à nos aspirations vers vous, qu'aux exigences de nos cœurs et de nos corps.

          D'A. France.

          - Ah ! Arcade, j'avais bien raison de me méfier de vous. Vous n'êtes qu'un intellectuel ; vous n'avez que des curiosités. Vous êtes incapable d'agir.

          - Et l'on a inventé, ces jours-ci, le pragmatisme tout exprès pour accréditer la religion dans les esprits raisonneurs.

          - Il est malsain de penser et la vraie sagesse est de ne songer à rien.

          - Quant à la sordide vérité qu'on trouve dans les livres, c'est une vérité qui fait discerner quelquefois comment les choses ne sont pas, sans nous faire découvrir comment elle sont.

          - On exerce une forte action sur les individus, quels qu'ils soient, qu'en éveillant leurs passions et en faisant appel à leurs intérêts.

          Le 1er mai - Elincourt.

          Hier au soir le coup de volonté et de fantaisie du Commandant au sujet des détachés.

          Liste absurde en son objet.

          Premier coup de griffe avec Dôle.

Le 1er mai 1917

          Dôle sait et aime bouder.

          Le printemps rayonne quand même.

          Le 2 mai - Accident de grenade. La peur paralysant un "bleu".

          Le danger qu'a couru le Commandant.

          L'injure que m'a faite le Capitaine du 4ème Bureau de Noyon, E.M. IIIème Armée :

          "Dites au Commandant qu'il vienne lui-même au téléphone". Et le micro a été lâché brusquement.

          La guerre se stabilise à nouveau ; les Boches ont tenu le coup. Notre armée de rupture s'est brisée contre l'entêtement teuton.

          Nivelle en est rompu.

          Les journaux, poliment, discrètement, à la française, ne l'ont pas traîné sur la claie.

          Son nom n'a pas été imprimé dans les journaux d'hier : on n'a parlé que de Pétain, placé au sommet de la hiérarchie dans l'armée française. J'ignore ses qualités réelles, mais il m'était apparu le plus digne quand on appela Nivelle et que je sus par M. Mathiez, quelles considérations politiques avaient amené par souci de contrepoids à Lyautey le jésuite, le protestant Nivelle au poste suprême. Voilà Pétain. Notre dernier espoir…

          Nous n'avons pas fait de dieux durant cette épopée.

          En Russie, toujours l'anarchie. On y a dépêché Albert ThomasAlbert Thomas, ministre de l'Armement., contrecarrer l'anarchiste Lénine…

          Les arguments de Lénine sont plus simplistes et partant plus puissants que les considérations entortillées de nos socialistes belliqueux…

          En Grèce, le gâchis, Constantin reste à son rôle facile de troisième larron. "L'égoïsme sacré" des Italiens redoute l'autre égoïsme non moins sacré des Vénizélistes. Un patriotisme plus encombrant que celui de Tino… assurément.

          Et pendant ce temps-là….

          Le 3 mai - Le cousin de Ravenet, sergent au 45ème, un jeune franc-comtois intrépide, un de ceux qu'on appelle chez nous des "casse-cous" est venu au cours du nouveau fusil automatique.

          Il soupe ce soir avec nous, encore tout frémissant de la lutte devant Saint-Quentin : il a vu les horreurs de la sauvagerie allemande.

          Maintenant, on ne fait plus de prisonniers. Qu'ils soient valides ou blessés, allez ouste. Je tue un boche comme un chien. C'est même moins qu'un chien…

          Le 4 mai - Elincourt.

          Une des plus violentes indignations de ma vie m'a secoué toute la journée, et résultant d'un incident tout à fait imprévu :

          Le sergent Fallières du 417ème est laissé à la garde du matériel à Marquéglise. Il s'est amené au bureau ce matin avec une lettre de recommandation du curé de Marquéglise pour le Commandant, en vue de l'obtention d'une permission à titre exceptionnel. Il l'obtient. Le Commandant en s'en allant me dit :

          - Vous placerez le cachet sur cette permission.

          Fallières s'approche donc de ma table, présente la feuille, j'applique le cachet, et alors prestement, il découvre deux autres titres en blanc en me disant : voulez-vous, mon adjudant, me timbrer encore ceux-ci.

          Je l'ai regardé, jusqu'à le faire rougir et j'ai répondu :

          - Ah non ! Ah ! mais non !

          Il est sorti, confus, rougissant jusqu'aux oreilles.

          Du moins, je le croyais, puisqu'il vient de revenir, effrontément.

          Je lui ai dit son fait.

          - Il ne faudra plus jouer à ce petit jeu là. Je ne m'attendais pas à ce que vous me fassiez l'affront de supposer que j'allais vous aider à faire un faux.

          Je ne me doutais pas que vous me croyiez si peu homme.

          J'ai hésité longtemps pour savoir si je rendrais compte au Commandant de l'incident.

          Et puis c'est à la pensée que je ne suis guère qualifié pour être si sévère et justicier. Je me suis donc tu.

          Le 5 mai - Lagny.

          Nous avons quitté Elincourt ce matin.

          Nous voici à LagnyLagny (Oise). en pays délivré.

          Nous avons traversé les lignes à Lassigny.

          Oh ! l'horrible spectacle. Les pauvres arbres tordus désespérément ont des apparences de Laocoon attachés à ce paysage de cataclysme. Lassigny. L'Église, un tas de cailloux, les maisons fauchées, effondrées.

          Le long des routes les entailles odieuses des arbres fruitiers ; c'est à pleurer de rage.

          Lagny, les interminables récits d'atrocités des trois années de servitude.

          - L'abominable ordre de réquisition donné au maire le soir de Noël.

          - Le maire, le curé et trois notables fusillés devant leur fosse ; la femme du maire dans la maison en face le lieu de la fusillade.

          Les cris des femmes :

          - Est-ce que vous voulez vous taire avec vos cris imbéciles de Français !

          - Le rassemblement quotidien.

          - L'agenouillement exigé de toute la population.

          - Les installations remarquables du cantonnement.

          La salle d'école transformée en "Casino", goût allemand. Art allemand, les peintures murales, le plafond, un poêle germütlich (confortable) de la Prusse orientale, les inscriptions pédantes :

          "Ehret die Frauen, sie flechten und weben himmliche Rosen ins irdische Leben". ("Honorez la femmes qui tressent des roses célestes ici-bas".)

          Le 7 mai - Nous avons quitté Lagny avant l'aube. Le 417ème n'assurant pas la liaison reste en panne, se trompe de route, fait demi-tour et perd ainsi deux kilomètres.

          ChellesLa pluie d'orage a rafraîchi l'air étouffant de la veille. Il fait bon marcher. Entre Lagny et NoyonNoyon (Oise)., les traces de l'invasion sont atténuées. Peu d'arbres mutilés, la luzerne et les emblavuresTerres ensemencées en blé. verdissent les molles ondulations de la plaine, le printemps victorieux couvre de fleurs les coteaux. Au loin, les villages semblent heureux. Une montée, et tout à coup, les deux tours jumelles de Noyon s'imposent à l'horizon. Même les fameuses casernes incendiées paraissent intactes et imposantes au bord de la butte. Devant nous vers le sud, un fourmillement d'arbres peuple l'ample vallée où je sais que l'Oise coule. Le pays est heureux. Ma causerie avec M. Cuny. Seuls les poteaux télégraphiques sciés, ou les pylônes en béton déchiquetés par la mélinite font penser au barbare. Mais voici le grand pont affaissé sur le nouveau canal, brisé, voici les rues de Noyon, l'émouvante Noyon.Noyon

          Les tilleuls et les ormes centenaires des avenues ont été fauchés comme des soldats géants et se sont abattus effroyablement, écrasant les murs, ébranlant les charpentes, cassant les fenêtres, encombrant les trottoirs et les rues de leurs cadavres énormes.

          Après Noyon, marche vers l'Est ; au lieu d'emprunter la grande route dans la plaine parallèle à la rivière on nous a prescrit un itinéraire par les villages à flanc de coteau : Baboeuf, Grandrue, Crépigny. C'est presque de l'alpinisme cette marche perpendiculaire aux vallons associés descendant avec un bel alignement vers la vallée-collecteur : entre chacun une croupe. Vues en aéroplane, elles doivent ressembler à des chenilles alignées pour une revue !

          Nous arrivons à CaillouelCaillouel (Oise). vers midi. Une voiture s'est brisée en route, au passage mal réparé d'une mine à un carrefour.

          Je suis pas mal las. Le Commandant encore plus. Quand je lui parle, ses yeux vagues ne comprennent plus.

          Popote chez de braves gens. La femme nous met un couvert à deux assiettes. - Mais, Madame, vous n'y pensez pas ? Deux assiettes. C'est trop beau pour nous.

                    - Ah ! non, réplique-t-elle, vous, vous êtes des Français…

          Le 8 mai - Toujours l'inquiétude sur la Russie anarchique. Les anonymes violents, défaitistes et pacifistes montent des manifestations frisant l'émeute contre le nouveau gouvernement trop fidèle au bon sens.

          Les Anglais ont mordu très fort en Artois. Le morceau était dur. Ces jours-ci on a l'impression qu'ils ont les dents cassées. Les contre-attaques boches ont atteint le paroxysme de la furie. C'est la situation de Verdun qui leur est imposée à leur tour.

          Les 9, 10, 11, 12 mai - Caillouel.Caillouel

          Les impressions qui nous viennent de ces impondérables qui agissent à l'unisson des évènements sont lentes et douloureuses. On dirait que pleure dans le ciel immense une Europe après la bataille, comme le blessé de Hugo.

          Râlant, brisé, livide et mort plus qu'à moitié. On sent dans les efforts que fait chaque armée comme la souffrance avivée d'un blessé qui se traîne. On ne voit plus l'horizon. Tout est sombre. Tout est martyre sans certitude de guérison ou de délivrance.

          Et la clameur de la famine essaie sa redoutable voix. La famine menace le monde entier. Les stocks sont épuisés.

          Où va l'humanité.

          La guerre est horrible. Plus horrible peut-être la première année de la paix, où la guerre fera mieux sentir sa rigueur impitoyable, inéluctable.

          L'expiation des crimes abominables que les hommes tous ont commis, les uns parce qu'ils se sont battus, les autres parce qu'ils se sont refusés à se battre, et ont profité de la ruine des belligérants.

          Recevoir des lettres comme celle-ci est une expiation.

          Le 12 mai - Nous quittons Caillouel pour Guivry.

          Ma vaine démarche auprès du Lieutenant-Colonel Commandant le D.D.61 à Mondescourt. La courageuse intervention du Commandant au téléphone - également vaine - contre ces déplacements successifs et décourageants.

          Le Capitaine du D.D.61 mis au courant des projets du Commandant. Il est reçu durement presque.

          - C'est encore un jean-foutre, me dit le Commandant quand le Capitaine est sorti.

          - Ça barde, chez vous, me glisse le Capitaine.

          - Non, c'est normal. Mais le Commandant sait ce qu'il veut et le veut bien. C'est un homme.

          Le 13 mai - GuivryGuivry (Aisne)..

          Un clair matin de printemps. Nous avons gravi la cote 167, un dernier regard jeté à l'ample vallée de l'Oise en fleurs, puis c'est la marche dans la forêt frissonnante : les jeunes feuilles baignent dans des parfums de muguet ; la colonne glisse comme une lente couleuvre dans un chemin creux, débouche en plaine : Guivry - dans les fleurs.

          La nature est plus forte que la haine. Elle fait éclater l'espoir dans les champs désolés et recouvre les villages en ruines d'un manteau de fleurs : un voile blanc jeté sur un cadavre.

          Pauvre France ! Pauvre village, pauvres paysans. Il est des agglomérations entièrement rasées. Il ne reste rien à envier, personne pour pleurer. Ici, la destruction fut plus douloureuse étant incomplète : le choix des victimes fait mieux ressortir le sadisme du bourreau.

          Nos hôtes sont particulièrement éprouvés. Trois hommes et trois jeunes filles de la famille on été emmenés en servitude.

          Les trois maisons possédées par la famille ont été incendiées la veille du départ des monstres.

          La jeune femme fait le récit des horreurs, la grand-mère écoute, les larmes roulent de ses vieux yeux ternes.

          Deux scènes particulièrement frappantes.

          Une nuit de février, à cinq heures, une patrouille prussienne, baïonnette au canon vient heurter aux portes des maisons dont la liste est entre les mains d'un sous-officier.

          Les femmes réveillées en sursaut, les coups violents. C'est ici chez X ? Bien. Dans votre famille il y a Monsieur X, Mademoiselle unetelle…

          - Oui.

          - Bien. M.M. tel, tel... se rendront à six heures à la Kommandantur. Une voiture les emmènera. Qu'ils prennent avec eux un petit paquet de ce qu'il voudront. Adieu. Soyez exacts, sinon amende.

          Et la patrouille va de porte en porte, les derniers de la liste sont prévenus une demi-heure, un quart d'heure à l'avance.

          Et jeunes filles doivent se vêtir en hâte, maris laisser leur femme, et mères leurs enfants, sans avoir le temps de s'embrasser et partir sans même avoir pu se laver ni se peigner, s'en aller ainsi brutalement de la chassie et des larmes aux yeux, dans l'inconnu.

          La scène de l'Italien, veuf, seul avec sa fillette malade, suppliant qu'on ne l'arrache pas à son enfant.

          - Je suis étranger. Je n'ai ni parents ni amis, je ne puis abandonner sur son lit cette enfant. Je ne vous ai rien fait.

          - Je ne suis pour rien dans la guerre, laissez-moi, pour mon enfant !

          - "Tonnez la kamine au foisin" et en route, hop.

          Et le pauvre diable, aidé d'un coup de crosse, monta dans la voiture.

          La maison où est mon bureau appartenait à un des meilleurs propriétaires du village, n'exploitant avec sa femme et sa fille de vingt-quatre ans, qu'une partie de son domaine, le reste en location.

          La maison d'ailleurs étant cossue, devait loger des officiers.

          Le père, plusieurs fois, rabroua sa jeune fille accostée, entourée par les hôtes importuns :

          - Ce n'est pas ta place, vas donc à la cuisine.

          Il lui en fut gardé rancune. Et le jour de l'enlèvement des déportés, le père, la mère, la jeune fille figuraient sur la liste.

          La maison abandonnée au pillage. Le grenier offre un spectacle à pleurer. Le linge fin est déchiré, épars, souillé, perdu au milieu d'édredons éventrés, d'ustensiles de cuisine cassés, de meubles brisés.

          Deuxième scène. Celle de l'incendie.

          La veille du départ des Boches, la population reçut ordre de prendre un paquet des objets les plus précieux et de se réfugier à l'église, car le village devait être détruit :

          - Comment ! me raconte la jeune femme, nous vous avons reçus pendant plus de deux années, nous vous avons hébergés, soignés, blanchis, vous avez eu tout ce qui vous a fait plaisir, ce que nous ne voulions pas donner vous l'avez pris, vous nous avez pris nos récoltes, nos vaches, nos chevaux, vous nous avez pris jusqu'au dernier lapin et maintenant que vous avez tout épuisé, qu'il ne nous reste que nos maisons pour nous abriter, vous allez encore nous ôter cela et nous les brûler ? ? C'est cela votre remerciement !

          - Ah ! Madame, gros malheur. C'est la guerre ! Mais c'est un ordre, allez vite à l'église.

          Et les malheureux affolés, éplorés, femmes, vieillards, enfants se tassèrent avec leurs paquets dans l'église.

          Les soudards ricanaient à la vue de tous ces paquets dont le tas grossissait vite au milieu de la nef :

          Oh ! vous ! Encore beaucoup riches. Une grenade (incendiaire) là-dedans. Et ils faisaient le geste féroce de lancer la grenade, et ils s'amusaient de la terreur crispée sur les visages.

          Puis l'horrible nuit commença. L'une après l'autre, après les détonations de la grenade incendiaire lancée par l'équipe de bandits, les granges s'allumèrent… Les grandes flammes éclairaient l'intérieur de l'église et les pauvres gens assistaient impuissants à la destruction de leurs foyers ; ils épiaient la direction des flammes et des explosions. Tiens, c'est chez un Pierre ! Tiens, c'est chez Michel. Et les familles Pierre et Michel se tordaient de désespoir épouvanté.

          La première nuit de ce martyre les misérables ne détruisirent que les granges.

          Le lendemain, sous les yeux des fermiers ils cassaient à coup de hache les instruments aratoires, sciaient les rais des roues de ces énormes tombereaux picards, ou bien y mettaient le feu.

          Dans les cours aujourd'hui, on voit encore des tas de ferraille calcinée ou des herses, des voitures sciées, brisées… La ruine du pays assurée, son relèvement paralysé. Puis dans l'après-midi quand les spahis parurent à l'horizon, les maisons où la sympathie pour l'Allemagne ne s'était pas traduite assez vivement s'allumèrent à leur tour. Les plus belles habitations.

          Là où les femmes avaient été viles, l'indulgence fut accordée… Et c'est une triste chose dans chaque village de voir que les gens de bien et de cœur furent châtiés tandis que les hypocrites, les fourbes et la fripouille furent épargnés. La main de Dieu pesa durement sur les familles honnêtes, sur l'élite morale de la population.

          C'est bien celle-ci qui fut décimée, ruinée, martyrisée, dispersée.

          Et hélas, l'injustice et l'iniquité se continue, se multiplie comme les orties ; les secours, les dons, l'aide que le gouvernement ou des Comités d'inspiration généreuse s'empressent d'envoyer aux populations délivrées ne vont en grande partie qu'à ceux qui en sont indignes. Ce sont ceux-là qui ont aujourd'hui le haut du pavé. Hier, ils étaient souris. vivent les rats, maintenant ils sont oiseaux, vive la France…

          Ils font les empressés ; à eux les dons, à eux le soin de les répartir. Et quand on aura fait sur la terre une répartition équitable et désintéressée les épines produiront du raisin. Ainsi, il a été envoyé ici un premier lot de vingt-quatre poules et quatre coqs - pour reconstituer la volaille des anciens fermiers.

          Ce sont quatre propriétaires qui n'étaient pas fermiers, quatre petits rentiers qui se les sont attribués.

          Et comme la voisine disait à l'un d'eux :

          "Puisque vous avez reçu des poules vous aller les "assir" et vous nous donnerez au moins une paire de poulet ?"

          Je vous donnerai de la m…, fut-il répondu textuellement.

          So sind die Menschen !… (Ainsi sont les hommes ! …).

          Il y aurait un beau recueil à faire sur les tours, niches, que les "schlauen Franzosen" (rusés Français) ont joués au Boche inquisiteur et bourreau.

          - La dissimulation des états civils pour échapper aux réquisitions.

          - La vie des hommes dans les bois les premiers mois de la guerre.

          - Les deux anglais cachés durant deux ans par une bonne vieille qui meurt…

          Les prétendus sacs de pommes de terre à la cave. Découverte du subterfuge.

          Le 15 mai - Dans le train, vers le pays.

          Ravenet m'a amené en gare de Noyon ce matin, pour huit heures. Traversée du pays dévasté. Les machines agricoles du village de Crisolles entassées pour l'incendie.

          De Noyon à Creil, voyage somnolent. A Survilliers, nous nous évadons mes camarades de voyage et moi du parc à bétail…

          Déjeuner de fortune.

          L'un prête sa médaille militaire à l'autre pour forcer la consigne.

          Paris. Visite à M. Davinroy.

          Chez M. Sourisseau. Dîner. La course en ville.

          Le 18 mai - Verne.

          Je ne sais plus où est mon cœur, où est ma joie. Je suis infiniment heureux et je suis triste au point de pleurer quand je suis seul.

          Ma joie ! Elle vient de tout ce qui m'entoure ; ma mère dont le bonheur rayonne de me voir assis à la table commune, ses sept enfants, ses quatre grands garçons, ses quatre soldats, mon père qui ne dit rien mais sourit, la maison qui me chantonne à mi-voix toutes les tendresses familiales, ma chambre où mes meubles attendent mon retour, le jardin, le verger en fleurs, le vieux "sansenellier" but de mes premières maraudes, de mes grandes convoitises d'enfant pauvre…

          Les champs sont là dans toute leur beauté printanière, et quoique la campagne soit insignifiante, elle est la plus aimée et la plus belle.

          Je retrouve dans le moindre détail de l'horizon les formes que mon imagination d'enfant leur prêtait.

          La joie m'enveloppe, me baigne. Elle "flotte dans l'air à la ronde" comme le chantait mon pauvre grand ami dont le portrait aux yeux graves me bouleverse.

          Car les deuils eux aussi sont là, ravivés…

          Cela commença dès Besançon.

          A mon arrivée je suis descendu prendre un café, à notre petit café préféré. Et c'est le souvenir de la visite, un jour d'horreur qui m'a salué le premier.

          Je suis allé à Micaud, et j'ai trouvé tout d'abord le banc où j'ai pleuré… un jour de mai, en écoutant le récit de l'attentat mortel que l'Autrichien fit à mon bonheur.

          - "On ne choisit pas ses souvenirs" - après avoir entrevu C… je monte à la gare. Accoudée à une portière Marthe Tristan, ne songeant pas à moi, attendait. Et moi, sans prévoir, je viens à rencontrer son regard. Au fond de nos yeux, un saisissement. Je saluai, elle répondit avec bonté me tendant la main. J'approchai, … nous causâmes un peu sur les banalités que l'on dit quand on se rencontre en voyage.

          Et puis, comme je restais sur le quai, elle me dit :

          Si vous voulez monter, il y a de la place… Je ne pus lui refuser. Et nous avons causé jusqu'à Baume n'osant ni l'un ni l'autre parler de Mad… mais nous tournions invinciblement autour du sujet brûlant, comme deux papillons autour d'une flamme.

          Elle me dit cette parole grave :

          "Ceux-là seuls sont heureux, qui sont sûrs de leur vocation".

          Quand nous fûmes près d'arriver je lui dis : je vais vous dire au revoir car si vous êtes attendue à Baume, je veux "nous" épargner une rencontre douloureuse. Je ne descendrai pas avec vous.

          Cela vaut mieux.

          Au revoir, Marthe… Et quand nos mains se serrèrent, subitement, invinciblement nos lèvres se sont rapprochées et j'ai donné à la sœur un long baiser pour la morte : car elle est bien morte. Et je ne le savais pas encore.

          Quelques instants plus tard, ma tante m'apprit qu'elle était mariée depuis Pâques…

          Tout espoir est bien perdu. Et quand même je n'avais rien fait pour éviter l'irréparable, je crois que c'est à elle après la guerre, que je serais allé dire :

          Je ne puis vivre pleinement qu'avec vous, soyez ma compagne de vie.

          Et à présent je suis comme un arbre déraciné…

          Où pourrais-je reprendre sève et vie morale ?

          Le soir de l'Ascension, nous sommes allés Louis et moi, à travers les champs du Bout de Verdot à la Combe Bouzot, de la Combe Bouzot aux Craies la Chèvre où commença l'effort de relèvement, puis vers la Citadelle aux mousserons, nous sommes redescendus en Saussoie où nous avons bu tous deux à la source…

          Ah ! S'abreuver aux sources pures de notre enfance. Finir la guerre, rentrer recommencer une vie comme une deuxième jeunesse… Rêve trop beau. Nous n'aurons sans doute que le bouquet de myosotis symboliques cueillis dans la prairie grasse…

          Samedi.

          Course au bois, par la Grand Combe avec Louis.

          Hier vendredi, j'ai jardiné.

          Le 22 mai - J'ai dû aller à Besançon dimanche connaître un peu la douceur des lèvres sûres. Ce n'a pas été sans un dur conflit. C'était la dernière journée de Louis à la maison.

          La joie intime s'achète au prix de douloureux reproches de ma mère. Elle est heureuse tant. Et ne peut se résigner à partager.

          Louis est venu me reprendre à Besançon.

          Le thé aux Vieilles Perrières.

          La nuit à l'hôtel de la Couronne.

          Les visites habituelles aux amis exigeants.

          Le 22 mai - Pluie continuelle.

          Le 23 mai - Randonnée en vélo par le val du Cusancin à Sancey.

          Marthe m'a accompagné au retour jusqu'au sommet de la montagne. Nous étions bien émus…

          Et je suis trop désorienté pour être sûr de la route…

          La même attirance. La même inquiétude que pour Maurice.

          Retour par Clerval. Vu Huguenin, Dumont le 24 mai.

          Dans le train. Départ de Baume. C'est un arrachement.

          Le 25 mai - Creil.

          Trois heures d'arrêt. Je bois une chope de bière du Nord servie par une fillette d'une dizaine d'années tout à fait délurée, habile et appliquée comme une grande personne.

          Je suis allé faire un tour en ville. Je suis entré dans la vieille église où les prochaines premières communiantes se confessaient à un vieux prêtre admirable.

          Une bouffée d'air pur dans mon âme et mon corps las. Mon Dieu, "ayez pitié de ceux qui s'aimaient et qui ont été séparés".

          Le cafard commence.

          Le dégoût de ma vie, de cette permission vaine, stérile.

          J'ai pitié de moi. Julien est venu avec moi jusqu'à Paris.

          Première journée harassante. La connaissance de la marraine de Julien. Eugénie Bader et son amie Suzanne Bloch… une juive provocante et décevante…

          Un beau coup d'œil du haut de Montmartre. Le petit souper. Ce matin a été pris par l'oculiste. Je suis parti en coup de vent.

          Le 27 mai - Guivry.

          Hier au soir, j'ai quitté le train à Appilly. J'ai fait la route à pied jusqu'à Guivry. Quinze kilomètres. Arrivée à minuit. Une permission ça s'achète avant, ça se paie encore après.

          Ce matin, messe. Une atmosphère plus saine, plus sereine.

          Messe. "Ne recherchez pas les choses visibles mais les choses invisibles" développe maladroitement le prêtre.

          Mais ici, cependant, près de la France qui saigne, il fait meilleur que près de la France qui sue…

          Ravenet me conte que deux grues voisines du bureau sont soupçonnées de ravitailler en secret des Boches restés dans la forêt.

          Projet immédiat d'une embuscade à tendre. Ça m'amorce à fond. Repérage des sentiers. Nuit de guet dans l'herbe. Sans résultat.

          Mardi. Encore une nuit blanche. La seule découverte est que deux soldats du 404ème ont passé la nuit avec les deux "poules", et se sont fait réveiller à quatre heures du matin.

          Est-ce le sommeil en retard qui attire ma tête vers la terre ?…

          Est-ce le regret du pays quitté qui fait mon cœur si lourd ?

          Aujourd'hui, je ne vis pas, je me traîne. Et le travail est abondant.

          Le 31 mai - Guivry.

          Dans l'herbe, au crépuscule.

          Ce mois de mai a été un des plus beaux que j'ai vus. Le ciel a été si souvent d'une rayonnante douceur.

          Ce soir encore il fait infiniment calme. Sur les plus adoucies des collines la forêt pose un manteau plein d'ombre verte et de chansons.

          Vers l'ouest la plaine diverse et vivante.

          Dans le ciel ronflent quelques avions comme le passe-temps de gigantesques moustiques.

          Une brume bleue sombre a bu les rayons du soleil qui reste sur l'horizon comme un énorme pain à cacheter. L'ombre monte peu à peu.

          J'ai été à l'office du soir, puis une promenade qui est une autre prière. Cela soulève un peu mon inquiétude de ne plus savoir où je vais dans la vie. Je ne suis plus assez jeune pour compter sur le hasard…

          Et quand j'ai l'âme fervente ainsi que ce soir, je pleure davantage celle qui était pieuse et qui n'est plus. Je me sens vraiment seul même en me rapprochant des autres, bonnes, mais païennes. Elles ne comprendraient pas quand je voudrais me mettre à genoux, quand je voudrais faire prier mes enfants.

Le 1er juin 1917

          Cette grande paix d'hier au soir était-elle la dernière ? Était-ce le calme avant-coureur de la tempête ? Car ce soir il arrive une étrange rumeur :

          Le Président Poincaré aurait donné sa démission. Des troupes seraient appelées en hâte à Paris.

          Aujourd'hui devait se discuter à la Chambre la stupéfiante question du voyage à Stockholm.

          La faiblesse du gouvernement en arrive à être obligée de compter, de transiger (bientôt de capituler) avec une poignée de primaires qui croient enfermer la lune dans leurs grands mots creux, une poignée d'ignorants qui ont appris à déraisonner avec des apparences de logique, des esprits las et bas dont l'idéal réside dans leur ventre, et la vaillance dans leurs discours.

          Malheur à la France si elle se laisse mener par ces antipatriotes étourdis, sots et lâches. Malheur à nous. La défaite va peser lourdement sur nous.

          Dorléac est frémissant de colère. "J'ai plus de haine contre ces gens là que contre les Boches. D'ailleurs ils nous ont fait plus de mal…"

          Je suis effrayé des conséquences incalculables qu'une lutte civile aurait sur la suite de la guerre, sur l'histoire de France. Ce serait la déchéance définitive, le triomphe définitif de la Force allemande, d'ailleurs ce serait logique et équitable et dans les lois de l'histoire que la victoire appartienne aux plus disciplinés : Philippe sur Athènes, Rome sur le monde, François 1er sur Charles quint, Frédéric sur l'Europe, Napoléon !… Malheur à l'irrésolution, à l'anarchie, à l'indiscipline.

          C'est grave, très grave.

          La question de l'alliance russe se décide.

          Le 2 juin - Dans la cour désolée de la manufacture de glaces de Charny. La destruction a été savante et méthodique. Comme par ironie le portail d'entrée est resté debout, et l'inscription :

          Manufacture de glaces

          1665-1875

          est là comme une épitaphe racontant une activité séculaire. Il manque la date de la mort mais les poutres cassées, les murs écroulés, les fers tordus la crient.

          L'oublierons-nous ?

          J'ai parcouru toute l'usine qui était un monde… La catastrophe a été totale. Mon Dieu, Mon Dieu, canailles !

          Le 3 juin - Guivry.

          Dimanche. Le Commandant rentre de permission. Il n'a pas l'air réconforté du spectacle de l'intérieur. Il sent la nécessité de donner un vigoureux coup de gouvernail contre le courant :

          "Nous sommes à une époque où il faut être brutal".

          Et toute la matinée il a promené sur les services divers sa dure volonté comme passe une raboteuse pour ramener dans la ligne droite les plans bossués.

          Ça ne fut qu'une alerte. Ribot a ressaisi la barre en refusant catégoriquement les laissez-passer pour Stockholm. Cette "indécente" démarche est interdite. La mise au point était nécessaire, urgente. Nous souffrons tant du manque d'autorité. "Nous n'avons pas de gouvernement", mais Ribot vient de signifier pour une fois que si.

          Dimanche soir.

          Nous n'avons pas de gouvernement civil. Et l'armée peu à peu n'a plus de commandement ; car enfin comment expliquer la tolérance d'un scandale tel que celui-ci :

          Deux cents hommes du 404ème sont appelés en renfort cet après-midi. Ils viennent de partir en demi-ordre, criant, braillant et finalement, à la mise en marche ils ont entonné et chanté : "l'Internationale". Et pas une tête, pas un chef pour fermer ces gueules.

          Le 3 juin - Guivry.

          Le renfort s'est rendu au point de rendez-vous comme une bande d'éclopés. Éclopés du cœur, éclopés du patriotisme.

          L'E.M. téléphone qu'aujourd'hui à midi il en traîne encore sur les routes.

          Le Lieutenant chef de détachement est arrivé deux heures en retard et quatre-vingts manquants. C'est édifiant…

          Autre chose édifiante dans un autre ordre d'idées :

          Un artilleur est venu en permission de quatre jours à Guivry - au titre exceptionnel : originaire des localités reconquises. Il apporte sa permission au bureau - physionomie sympathique. Je l'ai fait causer.

          Je cite son nom à table, et cela déclenche un récit de notre hôtesse sur la femme de l'artilleur et le vaguemestre de la Kolonne 4. La jeune femme, une jolie blonde a eu en deux ans, "deux petits Boches". "Le premier ç'a été peut-être un peu forcé", mais après ça s'était bien arrangé. C'est le vaguemestre qui délivrait les laissez-passer, il les portait toujours au domicile de la belle blonde.

          Les deux enfants sont morts chacun au bout de trois mois. D'ailleurs dit l'hôtesse, il n'y a guère que les maladroites qui avaient des enfants boches. Il en est beaucoup plus mort qu'il n'en est né. Il y avait ici une faiseuse d'anges qui ne manquait pas d'ouvrage. Elle est encore là. Et vous pouvez être sûr qu'il ne naîtra pas plus de Français qu'il n'est né de Boches…

          Elle cite les jeunes filles de bonne famille - une héritière, une institutrice, etc… du pays ou des environs qui se sont données à des Boches, qui ont eu des enfants - sans viol - des envahisseurs…

          L'artilleur est satisfait d'avoir retrouvé ses premiers enfants, sa femme féconde… et l'opinion publique ferme les yeux, indulgente et silencieuse sur ces abominations.

          Pas une mesure de vindicte publique contre ces femmes criminelles deux fois ou davantage.

          Le 6 juin - L'affaire du 404ème a fait scandale et ne sombrera pas à l'eau.

          Hier c'était le chef d'E.M. qui venait au D.D., aux explications. Voici aujourd'hui le Général qui vient peut-être aux sanctions…

          J'ai idée que l'écho a du s'étendre jusqu'aux Q.G. d'armée - peut-être plus loin - assurément c'est une affaire désagréable. Et le pauvre officier avec un adjudant et deux sous-officiers débordés par cette bande de poivrots et de têtes chauffées, sont en fâcheuse posture.

          Évocation d'une scène des temps de l'occupation.

          Récit de Mme Chevreux, notre hôtesse :

          Les hommes de garde allemands ont rassemblé les équipes de femmes du village. Elles sont par groupe de vingt dans la plaine sous la surveillance d'un soldat boche. Il fait chaud ; il fait lourd, les bras sont sans vigueur, les courages amollis, la paresse spéciale des esclaves, des mercenaires pèse lourdement sur les cerveaux autant que le soleil.

          - Il fait trop chaud, nous sommes fatiguées, disent les femmes, et en troupe elles quittent l'ouvrage, s'en vont s'asseoir dans l'herbe, sous un arbre.

          Le Boche chargé de la surveillance est impuissant, désarmé devant cette force d'inertie : il crie, mais elles répondent :

          - Trop chaud ! Nous sommes fatiguées. Nous, nous reposer.

          Anxieux, Michel inspecte l'horizon, redoutant l'arrivée d'un officier. Comme rien n'apparaît, il patiente, attend.

          Alors, les femmes assises en cercle, moqueuses, lui crient, en montrant l'herbe et l'ombre attirantes :

          - Hé ! "Hier", encore une place…

          Le 7 juin -

          Le 9 juin - Deux journées de travail sans une minute de relâche. Ma main tremble de fatigue et ma tête est lourde. J'ai l'impression que les contrevents sont fermés. Il fait trouble en mon cerveau et mes idées tâtonnent pour s'orienter.

          Hier après dépouillement et étude d'un volumineux dossier, je suis envoyé à Jussy au P.C. du Général Targe. De là au P.C. du Colonel Béraud-Reynaud à la ferme Bourgie. Longue étape, mais combien vivante !

          L'entassement de ferraille calcinée à Flavy-le-Martel.

          Le travail de destruction à Jussy.

          Les ponts camouflés.

          Le travail de reconstruction au milieu des ruines. La pittoresque utilisation des débris. L'art au milieu de l'horrible. Les vases de fleurs, les potiches, les jardinets, les dessins, les bas-reliefs, les écussons, etc.

          La vente des journaux sur la place de Jussy.

          A Clastres, rencontre de M. Sacré.

          Recherche vaine de Amey et Redersdorf.

          Ferme Bourgie : la mentalité d'un officier d'E.M. : "pas d'histoires ! Fournissez des situations quand même les chiffres seraient faux, ou ne riment à rien, qu'importe, pourvu qu'elles concordent avec les autres chiffres ; c'est l'essentiel !…"

          Au retour, vu le Commandant Deschamps.

          Virret… Parti.Léon Viret. 17/7/16.

          Visite rapide et émue à Petit, le cercle se rétrécit au C.V.A.D…

          Gonnin a été tué.

          Au retour, lettre de Mme R… Triste.

          Aujourd'hui, établissement des situations. Travail laborieux et délicat. Nombreux états à fournir.

          Renfort pour le 417 se prépare. La question de principe sur mon maintien va se poser.

          Le 10 juin - La question de principe est résolue par le Commandant comme elle devait l'être en équité et selon la logique et la fermeté de son caractère : "Personne n'est indispensable".

          Ainsi le séjour de Ravenet et moi au D.D. est compté ; ainsi mes vœux des jours clairs seront accomplis.

          Reçu une bonne lettre de maman Letombe, qui me remue de joie.

          Un mot de reproche doux et découragé de Maria.

          Une promesse de Marguerite, rien de la maison froide.

          Le 11 juin - Au cours de ma permission, j'ai trouvé les courages bien las, le moral défaillant.

          Tous ceux qui reviennent accusent la même courbe descendante des âmes.

          On rapporte des cas d'indiscipline multiples et pénibles de la part des permissionnaires. Cris, hurlements, inscriptions séditieuses, bris de vitre, de portières, etc… Les têtes travaillent.

          La révolution russe se répercute en ondes troubles. La paix à tout prix, au plus vite, avec sa procédure simpliste séduit les esprits fatigués et frustes. Après tout ce que ces milliers d'hommes ont souffert patiemment, sans résultat depuis trois années, sans récompense, ni réconfort sincères, sérieux, ce n'est pas étonnant qu'ils soient près de défaillir. Mais ils continueront le sacrifice si on ne les excite pas à l'impatience, à la colère. Leur bon sens maintiendra leur patriotisme, pourtant on sent le feu près des poudres, et le gouvernement a désormais des préoccupations ; à des signes imperceptibles presque, à des détails on découvre son souci et les précautions silencieuses que l'on prend pour réprimer les défaillances des malheureux trop las, paralyser les menées occultes des agents de lassitude ou de trahison.

          En quinze jours j'ai noté ces signes révélateurs, ces mesures significatives…

          Recherche de candidats gendarmes auxiliaires. Proposition de recrutement d'agents de police à Paris parmi les gradés ou soldats décorés.

          Doublement des gardes de police dans les gares. Suppression des permissions à double destination. Difficultés diverses imposées au passage par Paris. Demi-refus de permissions pour Paris aux militaires des régions envahies (on leur propose un séjour chez leurs camarades agriculteurs !…). Suspension du droit de recours en révision pour les militaires condamnés en vertu des art. 208 et 217 du Code…

          Recherche des éléments tarés dans les corps de troupe (militaires bénéficiant suspension de peine). Et j'en ignore… Et ces mesures sont prises et approuvées par le citoyen ministre Painlevé…

          Le 11 juin - Hier, on a fait rayer la double destination sur les titres de permission de quelques pauvres diables.

          Aujourd'hui le Commandant signe la permission du Capitaine Girard portant une triple destination. Nous sommes en république égalitaire.

          C'est aussi, peut-être, parce que nous sommes en république qu'on tolère les privilèges des filles publiques : ainsi, on rencontre, on peut rencontrer dans ce petit village, chaque soir, quelques gourgandines qui se promènent bras dessus, bras dessous avec des soldats. Chacune est suivie ou entourée d'une troupe d'assoiffés, ainsi que va la chienne en rut sous l'escorte des chiens.

          Et les indigènes racontent que ces choses publiques se passaient avec le même sans-gêne, la même effronterie pendant l'occupation allemande. Elles firent la joie des envahisseurs avec le même cynisme qu'elles font celle de certains de leurs compatriotes. C'est une monnaie internationale. Il n'est pas une voix autorisée, pas une autorité qualifiée pour flétrir, ou punir ce scandale. Au contraire, les premiers secours, les premières distributions, et dans chaque distribution de vivres ou d'effets, les meilleurs lots sont pour celles qui ouvrirent leurs bras aux Boches !

          Bon Dieu ! Quand je rentrerai, je crierai cette infamie. Que personne n'ait la pudeur de mettre ces femelles au bagne, c'est une trahison, une complicité. Car le bagne ou l'expulsion de la cité est la seule mesure logique à prendre envers ces catégories de civils dont le sens moral, le sens social est oblitéré jusque là.

          Ce ne serait pas seulement une mesure de probité morale, mais une mesure de propreté et d'hygiène. Plusieurs, pour ne pas dire la plupart sont des femmes contaminées qui propagent la maladie, qui prodiguent la pourriture. Chaque jour, presque, c'est l'un ou l'autre des co-participants qui est évacué pour maladie vénérienne. La lâcheté humaine est si grande que quelques-uns recherchent ce genre d'évacuation… J'en connais, et non des moindres…

          Ce sera une des hontes de notre régime et de notre commandement de n'avoir pas pris durant trois années de guerre une seule mesure sincère et énergique pour préserver la race, l'immense majorité des jeunes gens, des pères de familles, de l'empoisonnement par les femmes de mauvaise vie.

          Celles-ci ont pu, partout, exercer leur ignoble occupation, sous l'œil indulgent du commandement, de la prévôté, des médecins chefs de service, tant qu'elles n'étaient pas pourries jusqu'à l'écœurement de leurs clients…

          Pour la satisfaction d'une minorité d'hommes moralement dégradés - ce sont toujours les mêmes qui fréquentent les femmes - on laisse à chacun la liberté et l'occasion de se dépraver et de s'empoisonner le sang.

          On place sur les ponts des garde-fous, on vous met en garde dans chaque compartiment de wagon contre le danger de se pencher en dehors de la portière, au carrefour des voies on vous affiche un "attention au train", sur chaque poteau supportant un câble inaccessible on vous crie "Danger de mort, ne touchez pas aux fils tombés à terre", et personne, mais personne qui vous avertisse : "Ne touchez pas aux filles tombées dans la boue".

          Pourtant l'occasion et les risques sont autrement grands que ceux qui provoquent la sollicitude officielle. Votre vigilance ou votre prudence peuvent être beaucoup plus facilement surprises que par la rupture hypothétique d'un fil électrique, on n'a pas pris la précaution d'écarter les tentations dangereuses à ces malheureux si faciles à succomber quand ils descendent de l'enfer ou vont y rentrer…

          Cette négligence a été un crime contre la morale, contre la Patrie, contre les générations à venir, un péché mortel envers Dieu pour les croyants.

          De E. Rod.

          "Ne cherchez pas le bonheur ; la vie étant ce qu'elle est, vous ne pourriez ni le donner, ni le recevoir".

          Nous arrivons à cet âge où l'affection se fait plus tendre, plus profonde, plus intime - où elle nous est d'autant plus nécessaire qu'on est entouré de plus de ruines - où l'on souffre plus mortellement de cette affreuse solitude d'âme que le contact de tous les humains à la fois ne suffirait pas à combattre, et qui se dissipe dès qu'on est deux !…

          L'amour et l'amitié sont les seuls boucliers que nous puissions opposer aux forces ennemies du destin. Et ce n'est pas la jeunesse qui est l'âge de l'amour ; elle n'est que celui du plaisir. On n'aime vraiment que quand on a fait le tour de la vie et qu'on sait ce qu'on donne et ce qu'on reçoit.

          "In Veritate virtus".

          "J'ai plus besoin d'amour que de vérité".

          L'amour dans la vérité, la vérité dans l'amour. N'oublie jamais que la patrie et la foi sont inséparables.

          C'est par la religion qu'un peuple même asservi, reste lui-même.

          "L'idée que nous nous faisons de nos devoirs nous aide à les remplir ou à nous en dégager, celle que nous avons de nos droits est presque toujours excessive (cf. devoirs conjugaux).

          Le 13 juin - Message de Wilson à la Russie. Il faut que la situation soit grave pour que le Président Wilson fasse le maître d'école.

          La liquidation commence : Tino n'a pas su garder son trône. Enfin, on l'a sommé non pas de se soumettre ou de se démettre, mais de s'en aller. Et il s'en va.

          Ouf !

          Coup de vent frais. On respirera…

          Le 15 juin - Guivry.

          Mme Juliane Charrière.Madame Charrière me comble d'une longue lettre : j'en détache ces deux conseils :

          D'abord sur la guerre.

          "Que peut-on bien faire dans un pays où les hommes sont si bêtes et les femmes si rosses".

          Puis sur mon isolement qu'elle flaire en fine mouche ; vieux bon sens, sagesse antique, expérience.

          "Elle o merria, n'en faut pus paila".

          Il se pourrait bien que je n'en parle plus jamais, et que la destinée achève, impose l'achèvement de son œuvre mauvaise : toute faute en entraînant une autre ; cf. la (…illisible, gratté…).

          Le 16 juin - Wilson a dit dans son message aux Russes : "Aucun peuple ne peut être forcé d'accepter la souveraineté qu'il repousse, aucun changement de pouvoir ne peut être effectué s'il n'a pour but d'assurer la paix au monde et le bonheur du peuple. La fraternité universelle ne doit plus être une phrase creuse, mais une réalité… Si nous sommes unis, la victoire est certaine, nous pourrons alors nous permettre d'être généreux…"

          "Un si noble langage, l'élan qu'il provoque dans la grande république américaine, l'autorité qui en résulte pour elle dans le concert des nations, se sont là des faits immenses et qui permettent de croire au progrès du monde…"

          (Wilson contre Machiavel. G.W. Journal de Genève, 15/6/17).

          Il y a une différence capitale entre la portée de ces paroles de Wilson et les déclarations analogues antérieures que les Révolutionnaires de 1784, de 1789, de 1848, ou les magistrats candides de la Haye avaient faites. Celles-là étaient "des phrases creuses", celles-ci sont pleines de la puissance américaine, de cette force immense et volontaire qui se dresse sur le monde épuisé, qui inclinera le sort des armes à l'heure et dans la direction qu'elle voudra, qui imposera à la grande conférence de la paix prochaine l'autorité irrésistible de son idéalisme appuyé sur la force triomphante. Il y a quelque chose de changé dans les destinées du monde.

          Le 17 juin - Guivry. "Misere mei Deus, secundum magnam misericordiam tuam". (Aie pitié de moi, mon Dieu, dans ta grande miséricorde).

          C'est le cri qui monte du tumulte de ma poitrine…

          Seigneur, délivrez-moi de cette heure, car les angoisses m'ont environné…

          Et durant tout le sacrifice de la messe j'ai plié sous mon trouble.

          A peine ai-je pu contenir mes larmes. Et par surcroît un grand soldat officiait, avec des gestes ardents et convaincus, un beau prêtre au front haut et énergique, des yeux noirs flamboyants qui s'agrandissaient quand la phrase du sermon éloquent était plus pleine de force et de foi. Une belle barbe noire achevait la ressemblance avec Maurice et cela suffisait au-delà pour me mettre en résonance passionnée.

          Il dit des choses justes et claires et ferventes sur nos pauvres natures de misère et de déchéance, sur notre besoin de jouir de Dieu, de monter, d'aspirer au moins vers quelque chose de meilleur et de supérieur à la misère, à la servitude, à l'ignorance où nous attire et nous maintient notre pauvre chair de souffrance et de péché…

          Qu'au moins, Seigneur, cette angoisse serve à votre gloire et à mon salut, à ma libération, à mon relèvement.

          Bénies soient les douleurs, ô mon Dieu, pourvu que votre amour s'en nourrisse et qu'il y trouve son dégagement et sa liberté.

          Mais peu à peu, le calme et le trouble s'harmonisent au rythme de la cérémonie.

          Au Pater, j'ai dit avec ferveur le "Fiat voluntas tua" (que ta volonté soit faite), et il me semble que Dieu m'a un peu visité et apaisé vers la fin, au Pax Domini sit semper vobiscum" (Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous).

          Et maintenant, je songe à cette étrange loi des destinées où chaque âme roule selon une mystérieuse impulsion sur la table infinie, heurte d'autres âmes, dévie, rebondit, roule, revient, recule, repart, heurte encore, semble délivrée, puis par une déconcertante concordance des lois du mystérieux billard de la vie, doit par suite d'un premier choc avec une âme en frapper d'autres, d'autres encore, insoupçonnées, imprévues, inévitablement…

          Je songe à cette folie de l'Autrichien inconnu qui se répercute en moi et a causé sans le prévoir, sans le savoir, par ricochet, cette angoisse d'aujourd'hui.

          Et cela dans les vies en apparence simples et calmes.

          Marguerite ne m'écrivait-elle pas récemment : "à toi dont la vie fut toujours droite…"

          La pauvre, elle ne se doute donc pas qu'au fond de chaque homme se cache un misérable, et que moi, qui lui semble un pur, un sage, un brave homme, je pourrais écrire une histoire toute banale, hélas avec ce titre qui serait aussi une conclusion :

          "Comment je suis devenu un criminel".

          Et en épigraphe la terrible pensée de Pascal :

          "Qui veut faire l'ange, fait la bête".

          "Il a changé depuis tant de mois et tant de mois. Il change jour à jour. Ce n'est plus l'enthousiasme ardent et grave qui illuminait toutes les faces au tragique soleil d'août 1914. c'est une expression obstinée et farouche à laquelle il serait désormais criminel de se méprendre. Les nerfs sont au bout de leur tension. On en a trop vu, trop entendu, on a trop pâti. Trois ans de guerre ont mené dans toutes les âmes, la sainte image de la paix".

Victor MargueritteVictor Margueritte, 1866-1942. littérateur, collaborateur à la Revue Contemporaine d'Édouard Rod, auteur de la "Garçonne".. Œuvre 18/5.

          Le 20 juin - Départ en permission du Commandant (29, rue Rousselet. Paris).

          Le 21 juin - Dies irae ! Dies illa ! (jour de fureur! jour d'épouvante!).

          Toute ma vie oscille en proie à l'effondrement, comme une maison sur un sol secoué…

          "Oui profitez ô Dieu de nos cœurs, profitez de nos luttes, de nos privations, de nos angoisses, de nos saints désirs brisés, et de ces larmes qui tombent en secret sur vos pieds quand la nuit et le silence ont endormi la surveillance du monde…"

          Le 24 juin - Il est parti, Madame ! Qui ?

          Mon cafard !

          C'est ainsi que je suis entré ce matin, rayonnant de joie, chez notre hôtesse !

          Ce qui me semblait effrayant sous la contrainte de la nécessité me paraîtra doux si j'y arrive librement.

          Il monte à mes lèvres un Te Deum. Soyez donc béni, mon Dieu, d'avoir usé de votre bonté envers votre serviteur selon votre miséricorde.

          Que peut-il nous dire encore, que lui reste-t-il qu'à s'humilier profondément en votre présence, plein de souvenir de son néant et de son iniquité ?

          Gloria in excelsis Deo.

          Le 29 juin - Expression remarquable du sentiment éprouvé à certaines heures d'inquiétude :

          (pendant la retraite, à la traversée de Saint-Denis, pendant la bataille de la Marne, certains soirs à Vivières, au temps de la bataille de l'Yser, de Verdun, quand nous sentions la catastrophe en menace d'imminence) :

          "Nous nous taisions, le cœur serré ; nous étions comme deux fils, pendant qu'on opère leur mère".

          M. Donnay à Capus, discours de réception à l'AcadémieLe 28 juin 1917. Maurice Donnay (1859-1945), Alfred Capus (1857-1922), auteurs dramatiques..

Le 3 juillet 1917

          Grande surprise réconfortante et pleine de promesse, l'armée russe attaque enfin, et le jour même où les premières troupes américaines débarquent en France. Pour une première fois peut-être on peut dire sans jactance ni jobardise : "La victoire est certaine".

          Le 8 juillet - Guivry.

          "Tu décolles depuis quelques temps", m'a dit Ravenet, ce soir.

          Et c'est exact. Depuis cette secousse de l'autre jour, je suis incapable de reprendre l'équilibre. Je m'efforce d'y revenir mais tout point d'appui sûr manque et à chaque journée presque vient un coup qui me fait osciller à nouveau et me désoriente. C. répond évasivement, brièvement, (…une ligne illisible, grattée…).

          Mme Charrière met le doigt sur la plaie et m'écrit que j'ai péché par ambition, par orgueil, que c'est par ma faute, par ma propre faute que mon existence est vide et morne.

          Et je suis ramené à de douloureux examens de conscience…

          Seigneur, j'ai péché par inconstance, par faiblesse, par vanité, par ambition, par orgueil, j'ai péché par indécision, par sottise, par imprévoyance, par luxure, par envie et encore par orgueil.

          Le 11 juillet - Les journées s'entassent comme des blocs de pierre à la sortie d'une carrière, chacune écrasant l'autre de sa masse brutale et lourde.

          Et au bout d'une semaine, d'un mois de labeur acharné, vous êtes payé de brusqueries, de brutalités, de menaces.

          Fichu métier.

          Allons, du calme.

          "Il est utile que vous ayez été humilié". Imitation.

          Le 12 juillet - Hier une simple carte de C…

          Pourquoi un filet d'eau si maigre d'une source si pure, un filet d'eau si mince ?

          Ma soif n'est pas étanchée. Est-ce prudence, prévoyance, ou pauvreté ? Je n'ai jamais su, et pourtant je suis profondément attaché !

          Rien à lire, rien à étudier, je marche sur des cailloux. Un publiciste enquête ce que l'on lit au front :

          Rien, pourrais-je dire.

          Le 14 juillet - Guivry.

          Le cantonnement d'une section du 404ème a été décoré avec un zèle et un goût admirables, un motif de bon goût :

          Panoplie, deux fusils-baïonnettes supportant un casque - encadré de deux grands joncs aux feuilles élégantes et simples, sur fond kaki de la toile de tente. Récompense. Quelques paquets de tabac.

          Menu copieux.

          Soir. Chaque groupe a organisé sa petite fête. Le 404ème ayant à l'effectif un directeur de théâtre a bien fait les choses.

          Scène. Programme.

          Piano. Il restait au pays un vieux piano réaccordé par les artistes inattendus.

          "La mère Lefèvre" possède bien un vrai et beau piano intact. Elle le mettait avec empressement à la disposition des Boches. Elle l'a refusé aux Français. Vieille canaille qui a sauvé sa maison à force de bassesse, de servilité - peut-être de dévouement - envers l'envahisseur.

          Le 15 juillet - Guivry.

          Il court dans l'air des bruits de départ.

          Aujourd'hui première communion à Guivry.

          Ce sont les prêtres soldats qui ont instruit les enfants du village de leurs nouvelle qualité de Français et de chrétiens.

          Le 17 juillet - Journée grise de juillet fatigué. Ce soir un peu de paix. Office du soir. Prière du soir.

          Rencontré le beau prêtre venant de baptiser un bébé à Beaugies… Singulier apostolat que celui de ces grands garçons arrachés du séminaire et jetés dans la vie tumultueuse des cantonnements…

          Quand la bougie s'allume, je voudrais écrire quelque peu. Je ne sais à qui faire une lettre tant il y en a qui sont en souffrance dans mon vague désir.

          J'en tire une poignée de ma poche. C'est là que je laisse celles qui attendent jusqu'à ce que je les aie usées ou qu'une réponse leur soit donnée.

          Quand la liasse devient volumineuse j'entreprends de les classer, de les ranger ou de les déchirer, de déchirer celles pour lesquelles une réponse a été faite ou serait trop tardive, ou qui ne me touchent pas assez pour surmonter une paresse.

          Mais voilà, je n'ose pas déchirer une lettre, parfois des mots presque insignifiants me font hésiter, je les remets en poche et plus tard, quand ma poche sera trop pleine, le souvenir effacé, alors seulement, je me séparerai de ces papiers fanés.

          Le 18 juillet - Guivry.

          Appréciation féminine et philosophie de l'amour.

          Durant le dîner Ravenet évoque les souvenirs de sa turbulente jeunesse ; puis il arrive à ceux de la campagne. "Je ne sais pas comment j'ai pu faire toutes les blagues que j'ai faites et être encore debout.

          Maintenant ce n'est rien, je suis un peu assagi, mais au début, j'étais enragé, je crois, te souviens-tu à Giromagny, te souviens-tu à Vivières, te souviens-tu à Crépy, à Pierrefonds et patati et patata…"

          Puis il entre dans les détails et ajoute à propos de Vivières et de Duvy où les "poules" élues avaient une ou des associées :

          "Ah ! en ce temps-là, il aurait fallu que j'aie Faure avec moi…

          Je n'avais que Cœurdevey, j'ai tâché de l'emmener, de le débaucher, je lui ai offert de magnifiques parties, il n'a jamais rien voulu savoir.

          Il ne comprend pas ce jeu-là…"

          Ben ! Interrompit notre hôtesse, la jeune Madame Chevreux, dont le mari est loin et le démon proche. Ben ! Si c'est comme ça qu'il opère. C'est pas étonnant qu'il n'ait pas pu encore en trouver une… Il restera toute sa vie vieux garçon…

          Et c'est sous cette méprisante conclusion de la jeune femme que fut tranchée la discussion sur les deux philosophies et les deux tactiques de l'amour.

          Jugement d'une femme simple. Avis compétent ; opinion instinctive.

          C'est bien cela. Don Juan et ses cyniques victoires a plus de prestige que Jocelyn assurément.

          Les femmes sont toujours en attitude disposition de capitulation heureuse en face de l'homme qui a beaucoup d'aventures.

          Elles prennent toujours en pitié celui qui a triomphé de l'instinct et des tentations. Elles se disent que celui qui a beaucoup péché a dû être tenaillé plus fort, être un mâle plus fougueux, plus viril que l'amant pâle, l'amoureux des clairs de lune, auquel il a suffi des quelques soupirs pour canaliser la sève…

          Qu'il y ait égale puissance amoureuse et que chez l'un la perversion soit le secret des succès, que chez l'autre la discipline intérieure impose la continence et le respect des femmes, non, elles ne sentent pas cela, et si en raisonnant elles l'admettent, elles n'en sont jamais intimement convaincues.

          Peut-être ont-elles raison ?…

          Le 19 juillet - J'ai offert abri et couchette à l'adjudant Aumont, secrétaire du Colonel Commandant le 236ème R.I. de la 53ème D.I. qui fait mouvement vers le repos.

          C'est encore un homme du bâtiment - de Caen.

          Je l'avais eu pour compagnon de route lors de ma dernière permission.

          Le 19 juillet - Guivry.

          Des ordres catégoriques et impératifs prescrivent la relève des gradés du D.D. Enfin mes vœux les plus élevés seront exaucés, ma chair frémit un peu, j'éprouve une involontaire appréhension, mais je suis intérieurement heureux. J'espère avoir bientôt obtenu un calme absolu, au physique et au moral quand le jour du départ sera fixé.

          Le 20 juillet - Avant-hier, fête de ma Mille, aujourd'hui fête de Marguerite. J'ai reçu cette étonnante lettre d'amour écrite en des temps lointains le jour de la Ste-Marguerite. Elle est morte celle qui la première m'avait fait rêver dans sa tourbillonnante joie.

          Après demain la Ste-Madeleine.

          O mon Dieu, pourquoi en ce juillet si lourd s'entassent donc tous les anniversaires.

          Le 24, le Geburstag d'Emmy…

          Le 22 juillet - Chacun sait que la D.I. fait mouvement vers le camp de Lassigny le 28.

          Du cuisinier au Général tous les échelons sont informés officieusement. Et gravement, le 28 on nous apportera le pli secret fixant le jour du départ, le lieu de destination.

          Avant-hier, le Ministre de la Guerre est venu déjeuner avec Targe. Il a pu voir ce que c'est qu'une entreprise de démolition conduite par les Germains.

          En Russie, les crises anarchiques prévues se développent inévitablement. Bagarres dans les rues des villes, refus des régiments de combattre la contre-offensive allemande au front, tentative d'assassinat contre Kerenski, démission des derniers bourgeois au gouvernement russe ; c'est une vraie démocratie que la Russie ; et l'exemple donné suffit à faire resserrer les allemands autour de leur aristocratie.

          Les sots et les niais et les menteurs ont beau railler, insinuer que le peuple allemand courbé sous le fouet va comme un bétail sous la direction de sa caste militaire, cela ne tient pas contre les faits : l'Allemagne hiérarchisée, ordonnée tient tête à toutes les tumultueuses démocraties de l'univers. C'est que le régime est bon et je ne crois pas que les citoyens germains soient décidés à désosser leur corps social. Rejeter Bethmann le maladroit oui, changer de régime ah ! non. Et tout prouve que l'Allemagne plus convaincue que jamais de la supériorité de son système de gouvernement et de son génie se cabre, se raidit pour supporter victorieusement les suprêmes assauts de ses ennemis haletants et désordonnés.

          Le 24 juillet - Guivry encore, mais pour peu de jours.

          Les ordres de départ sont arrivés pour le 26…

          Mon frère Louis est en route pour le 255ème… Mon appel au Bataillon ne doit pas tarder.

          Le 26 juillet - SuzoySuzoy (Oise)..

          Arrivée par ciel gris après étape facile. Église anéantie, tombes renversées.

          Au cimetière une planche sur un tumulus, fichée en terre avec cette inscription frémissante de colère :

          "Ici a crevé le Boche qui a fait sauter l'église. Il a été trouvé ici à moitié enseveli sous les décombres par le 113ème d'Artillerie lourde, le 18 mars 1917 et enfoui au même lieu".

          BiermontBiermont (Oise)..

          La salle de classe a été transformée par les Boches en Casino.

          Biermont (Oise).Il y a des peintures murales étonnantes. Le motif principal : deux gnomes énormes avec tête normale, rieuses, insouciante de deux soldats (Burschen) (Gaillards) allemands, accroupis, face à face, les pieds gigantesques enracinés dans le sol de France, fumant la pipe et jouant, avec chacun une plume de paon, sur lesquels les gnomes balancent leurs adversaires : français, anglais, belges, russes, serbes, roumains.

          L'effet est d'un réalisme puissamment jovial. Le triomphe du barbare, intelligent et vigoureux.

          La fresque est flanquée de deux tableaux au charbon.

          A gauche un groupe de soldats allemands au cantonnement, saluant, taquinant, effrayant un peu une paysanne française.

          A droite, deux soldats accoudés sur le parapet de la tranchée en fumant tranquillement la pipe.

          Il y a une autre sève que dans l'art français.

          Le décor est complété par des médaillons satiriques représentant Poincaré, Kitchener, Nicolas, Emmanuel.

          Le 27 juillet - Biermont.

          Juste le temps de faire l'installation. Mon frère Louis m'écrit qu'il est à la maison. Je demande ma permission. Accordée sur l'heure.

          Départ en permission le 30 au matin en gare de Roye-sur-Matz - gare incendiée. Pas un abri, des permissionnaires couchés sur le trottoir dans la nuit d'été.

          A Creil rencontre de Petit.

          Pas d'arrêt nulle part, nous voici à Paris, à Besançon, à Baume.

          A la descente de wagon M.T. "Die". C'est une fatalité. L'arrivée à Verne. Tout le monde à table. C'est une généreuse compensation de la fatalité.

          Le 31 juillet - Il pleut. Fête à la maison.

Le 1er Août 1917

          Soleil. Fête dans les champs. Je vais faucher avec Papa, Louis et Henri - encore une fois. Je balance mon rêve au rythme de ma faux.

          Le 2 Août - Fête chez tante Lalie.

          Le 3 Août - Vendredi. La pluie de nouveau. La journée se passe, sans bruit. Georges Dormoy déjeune avec nous. Un saut à Luxiol et à Fontenotte.

          Voilà ma permission terminée. Verne. Louis a écrit a Mme (…illisible, gratté…) que nous irions samedi.

          Et samedi ce fut la longue visite à Br(…illisible, gratté…)

          O provocante femme. Il faut que je crispe ma volonté ; ma résolution de laisser les femmes des autres pour ne pas renvoyer Louis et rester au danger.

          J'accompagne Louis jusqu'à Dijon.

          Rückehr (Retour) à Auxonne.

          Le 5 Août - A l'hôtel du Grand Cerf. Seul.

          Rückehr à Besançon mit Marthe R. sur ( ? ) Dôle.

          Petit absent.

          Dîner avec Gouget. Perm.( ? ) "Chez nous".

          Les 6, 7, 8 Août - La joie calme. La permission de détente. La vraie détente.

          Le 8 Août - Frühstück zum (petit déjeuner au) Bourgogne Hôtel.

          Dann den 9. Abschied (Au revoir).

          Sie begleitet mich bis zum Bahnhof. (Elle m'accompagne jusqu'à la gare).

          Retour. Sans arrêt à Panam. Le repas frugal à Creil.

          Retour au D.D. Biermont où cela sent le rafraîchi.

          Ravenet est seul.

          Bruits persistants de mutation. Cela se précise. La vie de bureau devient odieuse et c'est un soulagement que l'annonce de mon affectation à la 10ème Compagnie du 417ème.

          Le 15 Août - Mareuil-LamotteMareuil-Lamotte (Oise)..

          C'est dans les séparations que les esprits se montrent dans leur vrai jour : les petitesses sortent des cœurs stériles avec la même logique inévitable que la grandeur d'âme des natures généreuses.

          Ce pauvre Dôle avait parié deux bouteilles de Champagne que Ravenet et moi ne partirions pas du D.D.

          Et nous partons. Et il s'évertue à trouver des prétextes pour envelopper de silence le coûteux pari.

          La crasse faite sur la quittance à encaisser.

          Le Commandant lui, a été ce qu'il est : un homme.

          Il nous a su gré à Ravenet et à moi d'avoir tenu jusqu'au bout. Il a été quelque peu "baba" lorsqu'à l'annonce de ma mutation je lui ai dit :

          - Je le savais.

          - Depuis quand ?

          - Depuis trois jours, mon Commandant.

          Il nous a fait un petit speech à nous deux. Il a tenu à reconnaître notre dévouement intelligent et à mettre au point les "éclats d'impatience" que le service impose. A cause de la dureté des temps, on est dur malgré soi, parfois trop, mais il faut l'être envers soi, envers les autres pour ne pas se relâcher. Et il nous a serré cordialement la main…

          Je suis parti sans avoir pu mettre au point Girard qui m'a serré la main.

          Le 15 Août - Arrivée à Mareuil. Le régiment va embarquer pour une affaire… Ma Compagnie, mon Bataillon sont en préparatifs de départ…

          Présentation au Capitaine Combrouze. Un ancien sous-officier que la guerre a galonné.

          Légion d'honneur, Croix de guerre, Médaille militaire.

          Il a de beaux services.

          Accueil bienveillant. Semble vouloir tenir compte de mon inexpérience et la guider.

          Popote des sous-officiers. Quelques têtes connues déjà.

          J'ai fait route avec Ravenet. Il est à la 5ème. Notre sort est vraiment commun.

          Me voici donc fantassin pour de vrai, déblayé de la paperasse protectrice mais étouffante.

          Je suis monté en grade…

          Je puis désormais être désormais appelé poilu. J'ai éprouvé à attendre cette décision quelque malaise instinctif. Depuis que c'est arrêté. Je suis devenu complètement calme.

          "Mein Herz ist ruhig wie die Nacht" (mon cœur est calme comme la nuit) et en venant tout à l'heure de Biermont, Mareuil, j'avais l'impression d'une délivrance.

          Ma permission m'a désorienté un peu moralement. Je n'ai pas retrouvé le courant religieux qui soulève dans les épreuves.

          Je l'attends, je l'espère.

          Je l'appelle pour les jours prochains du danger et de la grandeur.

          Le 16 Août - Mareuil-Lamotte.

          Préparatifs d'embarquement.

          Revue de masques, revues d'équipement. Je prends contact avec ma section.

          Pas une tête qui saille, ni avantageusement, ni désavantageusement.

          La plupart sont des cultivateurs, soit du Midi, soit du Centre. Des gens calmes, des éléments honnêtes.

          Les sous-officiers sont de bonne moyenne. J'en ai deux, deux cultivateurs.

          Revue du Commandant Ciambelli.

          Il a pour moi un coup d'œil et un mot : "l'adjudant ? Je le connais".

          Dans la rue, je rencontre tous ceux qui avaient quitté antérieurement le D.D. en récriminant contre mon maintien. C'est un spectacle réjouissant de lire dans leurs yeux un étonnement heureux de me rencontrer ici à la veille des prochains combats. Un éclair de férocité satisfaite s'y dessine. Sur leurs lèvres flotte un "Enfin" qui s'entend à travers le : Ah ! vous êtes venus ?

          Eh ! oui, je suis venu. La guerre est assez longue pour que chacun ait sa part. Et Dieu seul sait (que) la part qui m'est réservée n'est pas une grosse part…

          Quelle qu'elle soit, je l'accepte et selon l'ancienne promesse que je me suis faite, je repousse l'idée de faire une démarche pour m'embusquer.

          Pourtant, à présent, j'ai le choix, l'offre tacite d'embuscade offerte à tous ceux qui sont intelligents.

          Je remplis les conditions pour être casé soit interprète, soit dans une station météorologique…

          Mais non, je ne ferai pas de demande. Je veux laisser le destin s'accomplir. Malgré la désorientation qu'un peu de bonheur durant ma permission a causée en moi, je reste dans ce sentier : "J'attends de la souffrance, tous les mérites qu'elle comporte, que lui attribue la religion chrétienne et même le païen". Baudelaire.

          "Soyez béni mon Dieu, qui donnez la souffrance comme un divin remède à nos impuretés".

          D'ailleurs je suis calme, presque fervent. Assis sous un arbre sur la terrasse qui domine le village j'écoute comme un appel la musique du régiment. Elle accompagne le drapeau du logement du Colonel au camp où se tient le 1er Bataillon pour l'embarquement de cette nuit.

          Ce soir, à l'office, l'aumônier nous a dit :

          "Il faut que votre vie, mes amis, soit une assomption qui commence", c'est à dire qu'à travers les épreuves elle se purifie et monte et se rapproche de Dieu.

          Il se pourrait bien que la parole de l'aumônier, en ce qui concerne les épreuves, s'applique tout particulièrement à moi, que mon assomption commence. Puissé-je avoir la grâce d'en tirer tout le fruit attendu…

          Le 17 Août - En gare de Ressons. Midi. Le Bataillon attend le train.

          La mise en marche s'est faite en douceur et gaîté. Un départ en manœuvre. Le soleil chauffe un peu la terrasse, mais le vent frais essuie les fronts et fait bruisser les peupliers voisins. Un avion évolue comme un poisson d'argent dans un lac bleu au-dessus de nos têtes.

          Le 18 Août - Barzy-sur-MarneBarzy-sur-Marne (Aisne)..

          Le frère de C. est tombé, tué devant Ypres…Barzy (Oise).

          Mon Dieu, quel coup ! Est-ce que c'était un pressentiment ? J'avais eu une réelle angoisse à plusieurs reprises à son sujet quand nous étions trop heureux, et encore une autre quand la pauvre petite m'écrivait joyeuse que cette fois encore son bonheur serait sans rançon… Elle est venue la rançon. Elle est venue bien vite, hélas.

          Et je voudrais ne pas sentir encore comme une menace nous envelopper. Un malheur est si rarement seul. La série noire commence-t-elle, mon Dieu ?

          Que devient mon Louis, et qu'est-ce qui m'attend ?

          J'ai comme une pierre arrêtée dans la poitrine quand je songe - et malgré moi, c'est souvent, trop souvent - à cette malheureuse parole que j'ai dite à maman avec ma déplorable impulsion, en réplique à ses récriminations contre ses enfants, à ses exigences excessives : "un jour, vous serez punie".

          Punie de quoi ? m'a-t-elle demandé en pleurant d'effroi.

          Hélas, nous n'avons pas besoin d'être coupables pour être punis… et ne reprenez pas mon imprudente parole, ô mon Dieu.

          S'il faut que votre colère ou votre justice s'accomplisse, frappez-moi, mon Dieu, ne frappez pas les innocents.

          "Vous serez punie !" Oh ! Que ne donnerai-je pas pour supprimer cette parole ! J'ai si peur qu'elle soit retenue. Et chaque fois que l'inquiétude vient se mettre dans mon ombre, j'entends cette obscure menace qui m'accompagne, comme un remords.

          Nous devions nous embarquer à Ressons à midi. Nous ne sommes partis qu'à 16 heures. Le Commandant Ciambelli faisait l'adjudant de Bataillon.

          Itinéraire pour Compiègne - Verberie - Duvy-Mareuil-sur-Ourcq - La Ferté-sous-Jouarre - Château-Thierry - Dormans.

          En gare de Verberie, pendant l'arrêt : des Boches, des Kabyles.

          - D'où es-tu, toi, fait le Commandant Ciambelli à un Kabyle passant près de la portière ?

          - De Tlemcen.

          - Fait-il bon ici ? aussi bon que là-bas ?

          - Oui, aussi bon, mais t'y gagne pas assez pour vivre… La vie est trop chère ?

          - Est-ce que tu n'es pas nourri, ici ?

          - Oh ! si, mais c'est de la nourriture d'hôpital, c'est pour malades, pas bon pour travail. Il énumère.

          - Et combien touches-tu, en plus ?

          - Vingt sous par jour, c'est pas assez avec du pinard, si cher.

          - Est-ce que tu bois du pinard, toi ?

          - Oh ! oui. Quand j'en ai.

          - En veux-tu ?

          - Si t'y veux.

          Et le Commandant offre à ce malin son quart rempli de pinard.

          Eh ! bien, t'y vais jouer une chanson. Et il siffle un refrain de régiment appris dans les camps français.

          Le Commandant le félicite, le console de sa misère, mais l'autre fort malin répond en s'éloignant :

          "Que veux-t'y que la Boniface quand y a pas de valet de chambre. Elle monte l'escalier quand même mais y a pas bon pour s'amuser".

          Arrivée à Dormans vers minuit.

          Le débarquement est fait à tâtons, mais par une belle nuit étoilée la pose prolongée sur le quai est supportée philosophiquement.

          Il n'en est pas de même de la marche jusqu'au cantonnement de Barzy. Le Commandant n'a pas de carte. Un simple topo qu'un officier d'E.M. lui a remis en gare de Château-Thierry. Il réussit à prendre le chemin le plus long, à faire passer la Marne puis revenir en direction de la gare. Alors, il y a des récriminations dans les rangs.

          Vieil imbécile, vieux c…

          Qu'il change ses ficelles contre celles d'un caporal s'il n'est pas capable de nous conduire.

          Ben oui, il n'est même pas bon pour faire un caporal.

          Il l'est juste pour recevoir une balle dans le ventre, mais il n'y a pas de risque, il est bien trop froussard etc, etc.

          Et les plaintes exagérées, à plaisir.

          Y disent qu'il y a neuf kilomètres. Y en a au moins vingt. On sait comme ils les comptent leurs kilomètres. Des kilomètres pour leurs chevaux, à ces messieurs.

          Je la ferais bien l'étape, mais si j'avais les fesses sur un "Bourin".

          Puis c'est un fatigué qui déclare tout en marchant quand même :

          - Moi, je ne vais pas plus loin. Je me fous dans le fossé, si ne font pas la pose tout de suite.

          Ou bien : je ne dépasse pas ce village. Si c'est pas là qu'on cantonne, tant pis, je tombe.

          On dépasse le village, il continue à maugréer et à marcher, jusqu'au bout.

          (C'est à cause de cet état d'esprits et de volontés, de cette distance entre les phrases et les actes que nous parlons sans cesse, en France de révolution et que nous conservons cependant de singuliers régimes de gouvernement et des gouvernants d'étrange inspiration - cf. l'affaire du Chèquecf affaire des chèques (Panama) ou 13 août 1917, mort de Miguel Almereyda ?).

          Je reviens aux lamentations de mes poilus. Ah ce plaisir de dramatiser. J'en écoutais un dire pendant la pose à un de ses camarades :

          Mais fous-moi donc un coup de fusil dans la tête. Je serai bien plus tôt quitte que de crever ainsi petit à petit.

          J'en ai assez de cette vie là.

          Notez que dans les circonstances réellement graves où c'est intenable pour de bon, ils sont silencieux et fermes.

          Et encore ils ajoutent, soit l'un soit l'autre.

         Y z'en ont eu de la veine ceux qui ont été tués les premiers jours de la guerre. Nous, on est réservés pour la fin, après avoir enduré toutes les misères.

          On nous entasse comme du bétail, on ne nous donne rien à bouffer, une boite de singe pourri pour un jour de voyage, un bidon d'eau et quand on arrive éreinté, il faut faire encore des étapes de trente kilomètres. Qu'y nous tuent donc tout de suite.

          Et sur ces vœux tragiques, un autre reprend :

          Ah ! T'en fais pas ! On les aura. Tiens on va chanter une petite chanson :

          "Dans les rues de Paris

          Quand sonnera minuit…

          Ah ! Oui, on y tourne le dos

          A Panam, mais ça viendra

          Allez en route, nache Paris".

          Ils prononcent nach, nache - et rient une minute, et les kilomètres finissent par s'épuiser.

          Le 19 Août - Barzy.

          Ce matin, prise de contact plus étroite avec mes hommes au cours d'une revue d'armes.

          Les physionomies sont sympathiques dans l'ensemble, les têtes droites et intelligentes.

          J'ai demandé au Capitaine permission d'offrir un quart de vin supplémentaire à ma section.

          C'est accueilli par tous sans objection.

          Messe. Je retrouve à l'église une vue plus nette de l'avenir immédiat, une acceptation plus indiscutée par la chair des épreuves prochaines, un raffermissement de la volonté.

          Hier on a fait râler la troupe par un allongement inutile et maladroit de la route.

          Aujourd'hui dimanche on ne leur fiche même pas la paix :

          Ce matin revue d'effets et d'armes. Cet après-midi à 15 heures 30 pour bien couper la sieste et gâter le repos, revue en tenue de départ…

          Le Chef alléguera que c'est pour empêcher les hommes de se saouler, mais ces mesures maladroites les dépitent et les dégradent par-dessus tout.

          J'ai entendu dire du Colonel : il faut le tuer, cette vieille canaille, il faut le tuer. On l'a manqué dans la Somme, quel dommage !

          (Il paraît en effet qu'un inconnu lui a lancé une grenade à la porte de son abri).

          16 heures. Promenade au bord de la Marne.

          Un soleil doux comme du velours, un paysage de France aux lignes simples et heureuses ; coteaux modestes colorés par les cultures, villages nichés dans des îlots de verdure, et la Marne qui s'en va comme une promeneuse leBords de Marne. long de ces champs, dans l'air des insectes et des voix joyeuses, sur le chemin des jeunes filles au teint savoureux, sur la rivière un bateau glisse avec une femme assise à l'arrière, entourée de trois enfants blonds et tenant dans ses bras un quatrième marmot à qui un marinier dit en riant : as-tu bien dormi, tiot ?

          Tout cela chante dans ce dimanche émouvant de vie heureuse et pacifique.

          Dieu, que c'est triste de mourir déjà.

          Le 20 Août - Encore Barzy. Départ retardé.

          Ce matin exercice de mise et port du masque.

          Speech du Commandant Ciambelli sur le nouveau secteur :

          - Ne croyez pas ce que l'on raconte. Si vous croyez les "raconteurs" ils vous diront que la Marne passe par-dessus la colline…

          - Huit jours de prison à un soldat qui fumait sur les rangs…

          - Je, je, je lui en mettrai quinze ! dit-il.

          C'est un homme violent, mais il a du cœur et les soldats l'aiment, au fond.

          Le Colonel est fou à lier, ma parole. Ne prescrit-il pas une revue de cantonnement ce soir à 20 heures 30 !

          Pas étonnant que des fortes têtes du 1er Bataillon l'aient menacé de mort, et par irritation contre lui, aient lacéré le fanion du Général.

          Le 21 Août - Préparatifs de départ.

          Les autos nous emmènent ce soir. Pour ma part, j'ai écrit à M. Fourgeot une longue lettre - pour préparer mon départ…

          Hier une lettre déchirante de Louis en pleine fournaise. Aujourd'hui, les journaux annoncent la grande attaque à Verdun. Et pour comble c'est à la cote 304 que ce fut le plus dur.

          Une grande inquiétude me poursuit.

          Oh ! Des nouvelles, vite, bien vite, de ce pauvre Louis.

(Lettre jointe)

18 août 1917.

Cher Edouard,

          Je ne me souviens plus s'il y a longtemps que je t'ai fait part de l'affreuse situation qui m'attendait à mon arrivée au 255ème. Voilà huit jours que je vis dans des transes continuelles. Je n'avais encore rien vu, et ceci pour inaugurer ma quatrième année de guerre ! Il faut vraiment se rendre compte soi-même, pour se faire une idée de tout ce qu'a de terrible la férocité humaine. Elle domine la puissance des éléments naturels. Qu'est-ce que sont, le vent, la pluie, le chaud, le froid, la faim, la soif ; cinquante centimètres de boue dans un boyau ne donnent même pas l'idée de passer à côté. Voilà huit jours que je suis un paquet de boue vivante, n'ayant échappé au danger qu'en restant blotti au fond d'une sape. Oh ! non ! je ne crois pas que je puisse résister bien longtemps, à une pareille situation. N'importe quelle issue me sera préférable. Pardonne ma franchise cruelle. Écris-moi le plus souvent possible, moi je ne puis le faire qu'irrégulièrement. Je n'ai encore rien reçu de toi. Hier, une bonne lettre de maman, et une de Mme B. m'ont un peu réconforté.

Au revoir et bons baisers.

Louis Cœurdevey 233ème d'inf. 17ème Cie. S.P.136.

          Le 22 Août - Les camions nous ont amenés dans la nuit de la zone des étapes à la zone de l'avant.

          Jaulgonne. (Aisne)Trois tableaux. JaulgonneJaulgonne (Aisne)., 18 heures, gros bourg de l'arrière paisible, cossu, heureux. Des femmes bien mises, de beaux visages aux portes, des enfants plein les rues regardant les lourds camions emporter leur cargaison de bétail :

          Les hommes sont excités par la vue des femmes sur le pas des portes ou aux fenêtres. C'est une fusillade de saluts, de cris joyeux ou grivois, d'apostrophes gauloises, selon les têtes aperçues au passage rapide.

          - Bonjour Mademoiselle, venez avec nous.

          - Bonjour grand-mère, pleurez pas, vot'gosse s'en va.

          - Tiens voilà belle-maman.

          - Hé la vieille, on les aura, nous, les as-tu encore ?

          - Pleure pas si je te quitte.

          - Adieu jolie.

          - Ohé ! la petite rouquine, fais risette à nous.

          - Tout pour toi, Charlotte, rien pour (illisible), crie un gavroche à une abondante et provocante blonde.

          Et quand le village est dépassé les autos ruissellent de chansons semées dans la plaine herbeuse du Tardenois.

          19 heures 30.

          Fère-en-TardenoisFère-en-Tardenois (Aisne).. Au fond d'une cuvette.Fère-en-Tardenois. (Aisne)

          Coup d'œil rare offert par le panorama vu de la crête sud, du cirque de hauteurs coiffées de forêts de pins.

          La ville grouille de soldats ; les mercantis engraissés triomphent à la porte de leurs magasins achalandés de fournitures militaires.

          Les ouvrières des fabriques de grenades font parmi les groupes de soldats, de toutes armes des centres d'attractions. Cris - Saluts - Chants - Toute une griserie de soirée triomphante. Nul ne sent peser le tragique de la destinée qui nous emporte.

          "Quand Madelon vient nous servir à boire"…

          21 heures. Fismes contourné.

          22 heures. Les autos nous déposent sur la crête dominant la vallée de l'Aisne. Là-haut la ligne de feu est illuminée par les fusées. On croirait approcher d'une grande ville en fête.

          Un loustic remarque : "Tiens, on arrive à Panam !"

          Après une pose en attendant des ordres on nous conduit dans la nuit. Où ? Personne ne sait ni ne dit rien. On marche. On fait tours, détours inexpliqués et inexplicables dans des pistes.

          On s'arrête devant des baraquements. "Camp St-Pierre". Mais pas de casernier. Enfin, on le trouve.

          C'est là que l'on s'entasse, une Compagnie par baraque sur de la vieille paille foulée, salie, où l'on devine la vermine. Mais la nuit est belle et les exigences limitées.

          Je suis heureux de pouvoir me brosser et me débarbouiller à un ruisseau tout proche.

          Après avoir cassé une croûte, tété un coup de blanc à la gourde, je m'étends comme un bienheureux sur la paille écœurante. Il est une heure du matin.

          Camp St-Pierre.

          Les baraques Adrian n'ont pas une planche à paquetage. Pas un banc, pas une table.

          Les officiers ont couché sur la paille sale, comme la troupe.

          Depuis trois années que ce front est organisé, pas une autorité pour avoir prévu le mobilier élémentaire et pourvu de tables, de bancs, de couchettes, ces locaux où passent non pas des forçats mais des officiers et des soldats français.

          C'est de l'organisation française. D'ailleurs on avise. Et comme il faut quelques tables, armoires pour les bureaux, quelques bancs pour les officiers on en confectionne en arrachant aux baraquements des planches et des clous.

          Le 23 Août - Je suis monté hier au crépuscule sur la cote 163. Un coup d'œil magnifique sur le secteur de l'Aisne.

          A gauche toutes les croupes descendant alternativement dans la vallée de l'Aisne et baignant dans une lumière dorée formaient une perspective d'amphithéâtre grandiose dont les derniers degrés rejoignaient les nuages embrasés.

          En avant les arêtes fameuses barraient l'horizon. Hurtebise - Vauclerc - Craonne. Arêtes sombres par endroits, fauves à d'autres, là où les obus ont détruit toute végétation. C'est là que j'irai au prochain baptême. Maintenant, je n'ai plus à maîtriser nul trouble, nulle appréhension.

          Avec sérénité je puis dire en priant :

          "Fiat voluntas tua".

          Ce matin, sous les peupliers, nouveau speech du Commandant. Son bégaiement est plus prononcé que de coutume. Mais il dit des choses sensées, simples et cordiales aux poilus qui l'écoutent sans ces ricanements que je lisais dans les yeux des soldats du D.D.

          Le 24 Août - Des nouvelles de Louis, du 20. Une grosse inquiétude suspendue.

          Pas encore un seul mot de mes parents depuis le 5 que j'ai quitté la maison. Heureusement que Louis me donne indirectement de leurs nouvelles.

          Ils ne se doutent guère que je serai à partir de demain à la pire enseigne.

          Ils ont bien le temps d'être inquiets.

          Le 24 Août - Camp St-Pierre.

          Les officiers et Chefs de Section montent cette nuit reconnaître le secteur. J'en serai. Les canonnades des nuits dernières sont une annonce de la réception qui nous est réservée.

          C'est donc bien aujourd'hui pour moi la fin de la guerre anodine, la fin des jours sans grand mérite.

          La vraie guerre, la guerre dangereuse va être enfin mon lot, désormais - trois années après l'entrée en campagne. Le risque de mort ne me trouble pas. Je suis étonné de ce grand calme. Mais je n'éprouve plus cette attirance du danger que j'ai ressentie souvent les deux premières années de la guerre. Mon calme vient, je crois, de ce peu d'estime que je fais de l'avenir. La paix n'a plus rien de passionnément attirant, que je vive ou que je meure, j'ai cette idée que cela n'a pas d'importance, ma vie étant sans but. Je l'ai ratée. Après la guerre, il serait bien tard pour la commencer. Et dans quelles conditions !… La mort donc m'est un peu indifférente. Du moins j'en vois tant qui sont morts qui valaient mieux que moi. Et j'ai cette consolation d'être devenu un peu moins mauvais qu'en temps de paix. Plus d'air pur dans ma vie, une foi ranimée., une résignation loyale qui n'a rien de lâche, une énergie mieux réglée.

          A dix-huit ans, j'avais choisi les deux devises : Sursum corda - et toujours plus oultreDevise de Charles-Quint, de Nicolas Fouquet ?.

          Mon cœur s'élève, et plaise à dieu qu'il ne retombe pas.

          Si mon acceptation du sacrifice m'avance un peu, qu'au moins je ne recule plus, ni devant la mort, ni devant la vie.

          J'arrête donc ici ce carnet. Une nouvelle vie commence, je puis ouvrir une autre page. Auparavant, toutefois, j'envoie à tous ceux que j'aime, à tous ceux que j'ai aimés et fait souffrir une pensée affectueuse.

          Que mes Parents me pardonnent toutes mes fautes contre la piété filiale, que Madeleine oublie et pardonne le supplice qu'il aurait été plus simple de ne pas commencer, mais j'ai souffert comme elle, et de bonne foi, j'espérais que la flamme éteinte se ranimerait.

          Qu'Emmy ait mon souvenir ému et ma tristesse de cette horrible guerre qui nous a séparés définitivement.

          Que Camille soit heureuse dans mon souvenir. Sans promesse, sans espoir, elle m'a aimé, et consolé. Sans m'en défendre comme sans le savoir, j'ai laissé son affection tout au fond de mon cœur, et si la mort vient, elle nous aura épargné à tous deux une épreuve que je ne veux pas, que je ne peux pas ni accepter, ni écarter.

          Ah ! Si elle savait comme je l'aime, tout ce que j'attends de son amour et qu'elle ne m'a pas donné… Pourquoi ? Je ne sais pas. Je ne sais peut-être pas, moi non plus combien et comment elle m'aime… Nous sommes deux aveugles qui se cherchent, deux sourds qui s'appellent… Et qui sont navrés tous deux de ne pas se rejoindre… Mais peut-être la Mort arrangera tout… Qu'elle sache au moins que je mourrai en caressant doucement son souvenir.

 

        

(…insert joint…)

(Feuillets isolés à réinsérer dans le texte suivant chronologie ou à transférer dans l'annexe).

 

Tante - Georges - Oudry - Bringard - Magny - Charrière - Emma - Cheval.

Pasque. Rue de la réunion 79/207.

Rue de Clignancourt, 99. 18ème.

Melle J. Fol. Société Générale. Service du portefeuille tarif. 132, rue Réaumur. Paris. 2ème.

Noircel. 94th. Infantery Brigade. B.E.F.

 

Divers horaires…

 

Cantonnements du D.D. 121ème D.I. 1916.

Proyart. Camp 56 17/8 - 26/8 Bayonvillers. Camp 56 26/8 - 29/8 Ansauvillers 29/8 - 26/9 Hangard 26/9 - 28/9 Camps 57-58 (ravin de Morcourt) 28/9 - 13/10 Sourdon 13/10 - 25/10 Gournay-sur-Aronde (Mme Lefèvre) 25/10 - 27/1/1917 Choisy-la-Victoire (M. Dupressoir) 27/1 - 10/2 Mont-Lévêque 10/2 - 11/2 Plailly 11/2 - 28/2 Péroy-les-Gombries 28/2 - 1/3 Cuvergnon 1/3 - 5/3 Boissy-Fresnoy 5/3 - 12/3 Rocquemont 12/3 - 13/3 Chevrières 13/3 - 14/3 Choisy - la - Victoire 14/3 - 17/3 Rouvillers 17/3 - 18/3 Marquéglise 18/3 - 2/4 Elincourt 2/4 - 5/5 Lagny 5/5 - 6/5 Caillouel 6/5 - 13/5 Guivry 13/5 - 26/7 Biermont 26/7 - 17/8 Mon départ du D.D. le 15 août. Mareuil-Lamotte 13/8 - 17/8 Embarquement à Ressons-sur-Matz 17/8 Barzy-sur-Marne 18/8 - 21/8 Serval (Camp St-Pierre) 22/8 - 25/8

Brûlures, traitées à l'ambrine par Dr Barthe de Sainfort à l'hôpital St-Nicolas à Issy-les-Moulineaux.

A lire.

Flaubert. Éducation sentimentale.

Bertrand. Le sens de l'ennemi.

Dolléans. Robert Owen. (Paris 1906).

Anton Menger. Das Recht auf den vollen Arbeitsvertrag (Droit à un vrai contrat de travail) (1886. traduction Paris 1900).

Pareto. Les systèmes socialistes. Paris 1902 (2ème Vol.)

Langlois et Seignobos. Introduction aux études historiques (1898).

Monod. De la méthode dans les sciences.

Schnoller. Jahrbücher (Annales)

(voir articles sur mécanisme commercial et industriel).

K. Marx. Manifeste du parti communiste. 5ème édition française de 1901. Avec introduction de Andler.

A. Labriola. La conception matérialiste de l'histoire.

Philibert Lorme. Chef Éclaireur. P. Girard. Star 1917.

Sylvestre. Péguy. Chez Blond. 1 franc 50.

Suite d'adresses…

        

Haut de page.Carnet 9 - 24 août 1917 au 28 octobre 1917

 

Dépôt d'obus lourds (380mm-500 kg) En gare de Wiencourt. 21/7/16.

 

 

06-06-17.
21-08-17.

 

 

21-08-17.